Armes chimiques : les experts de l'OIAC vont exhumer des corps à Douma

- Avec AFP

Armes chimiques : les experts de l'OIAC vont exhumer des corps à Douma© STRINGER / AFP
Douma, illustration.

Exhumer les corps de victimes pour prélever des échantillons biomédicaux, voilà la prochaine étape de l'enquête des experts de l'OIAC, présents à Douma depuis le 21 avril. Le rapport d'enquête ne sera cependant pas disponible avant un mois.

Des experts de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) présents à Douma, près de Damas, pour enquêter sur l'attaque chimique présumée du 7 avril, vont procéder à l'exhumation des corps de certaines victimes, a indiqué le 3 mai le directeur général de l'OIAC dans une interview au Financial Times.

La mission d'enquête de l'OIAC, organisme situé à La Haye, a prélevé plus de 100 «échantillons environnementaux» à Douma depuis qu'elle a eu accès au site le 21 avril, a déclaré son directeur général, Ahmet Uzumcu. Les enquêteurs vont désormais examiner «des moyens d'exhumer et de prélever des échantillons biomédicaux», a-t-il expliqué. 

«Même si nos experts ont pu assister à des autopsies par le passé, ce sera la première fois que nous exhumerons des corps», a souligné Ahmet Uzumcu, indiquant qu'un rapport sur l'enquête ne serait pas rendu public avant un mois.

La mission d'enquête «continue d'explorer toutes les voies possibles pour collecter des preuves», a indiqué une porte-parole de l'OIAC jointe par l'AFP. Il reste toutefois «prématuré de spéculer sur le moment où le rapport» des experts sur une éventuelle utilisation d'armes chimiques à Douma «sera prêt à être partagé avec les Etats membres de l'OIAC», a-t-elle ajouté.

La Russie a été accusée à plusieurs reprises par les Occidentaux d'entraver l'accès des inspecteurs de l'OIAC à Douma, des accusations qu'elle a rejetées avec véhémence.

Imputée aux forces gouvernementales syriennes par les Occidentaux, l'attaque chimique présumée du 7 avril à Douma a provoqué des frappes de Washington, Paris et Londres contre des installations du pouvoir syrien dans la nuit du 13 au 14 avril et un pic de tension diplomatique.

Lire aussi : La Russie «n'autorisera pas» une autre action militaire américaine en Syrie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.