Des Casques bleus autrichiens accusés d'avoir conduit à la mort des policiers syriens en 2012

- Avec AFP

Des Casques bleus autrichiens accusés d'avoir conduit à la mort des policiers syriens en 2012© Jamal Saidi Source: Reuters
Des casques bleus autrichiens montent la garde lors de la visite du secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, dans le village de Nabea sur le plateau du Golan, le 24 avril 2007 (illustration)

Selon un magazine autrichien, des soldats intégrés aux forces de maintien de la paix de l'ONU dans le Golan en 2012, auraient laissé des policiers syriens tomber dans un guet-apens meurtrier. Vienne a annoncé l'ouverture d'une enquête.

L'Autriche a annoncé qu'une commission spéciale d'enquête avait commencé à enquêter le 28 avril sur un incident survenu en 2012. Des soldats autrichiens appartenant aux forces de maintien de la paix de l'ONU dans le Golan auraient laissé des policiers syriens tomber dans une embuscade meurtrière, tendue par des contrebandiers sur ce plateau en majeure partie occupé par Israël. «L'ONU est invitée à travailler avec nous», a écrit sur Twitter Michael Bauer, porte-parole du ministère autrichien de la Défense.

Dans une vidéo faite par ces militaires autrichiens et diffusée le 27 avril sur le site internet de l'hebdomadaire Falter, on peut voir, affirme cette publication, des trafiquants syriens préparer leur guet-apens, dissimulés derrière des rochers. Une heure plus tard, une jeep blanche à bord de laquelle se trouvent des membres de la police syrienne arrive et les soldats les laissent passer, toujours d'après Falter. Les neuf policiers essuient ensuite des tirs et sont tués.

Des discussions parmi ces militaires autrichiens que l'on entend dans la vidéo montrent que ceux-ci savaient qu'une embuscade serait tendue à ces hommes, poursuit Falter. «Tu devrais vraiment leur dire», dit l'un des soldats à un autre.

Pour Markus H., un militaire autrichien qui a fait partie des forces de la paix de l'ONU dans le Golan mais qui n'était pas présent au moment de cet incident, les actions de ses compatriotes ont été «100% correctes au vu de notre mandat». «L'ordre est : ne vous impliquez pas», a-t-il expliqué au quotidien Salzburger Nachrichten.

La ligne d'armistice dans le Golan a été une zone relativement calme pendant des décennies, jusqu'en 2011 et le début de la guerre civile en Syrie.

L'Autriche en a retiré ses soldats en 2013 en raison de la dégradation de la situation sécuritaire.

Lire aussi : Golan occupé : des centaines de manifestants commémorent l'indépendance de la Syrie (PHOTOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter