Montréal : des adhérents LREM canadiens molestés par des «personnes cagoulées»

- Avec AFP

Montréal : des adhérents LREM canadiens molestés par des «personnes cagoulées»
Illustration ©DON EMMERT / AFP

Des membres du comité local de La République en marche à Montréal ont été vivement pris à partie par des individus. Tandis que la police québécoise a ouvert une enquête, Christophe Castaner, en France, a vivement condamné ces violences.

Où l'on apprend que La République en marche (LREM) compte de fervents adhérents jusqu'au Canada. Mais qu'il y aussi de virulents opposants à la politique d'Emmanuel Macron dans la Belle province.

L'AFP rapporte que la police de Montréal est intervenue le 12 avril en soirée lors d'une réunion LREM en raison de violences contre des membres du parti d'Emmanuel Macron exercées par des manifestants masqués.

Un de ces marcheurs québécois a été hospitalisé après avoir été jeté à terre et des clients du restaurant où se tenait le rassemblement ont reçu dans les yeux du gaz lacrymogène.

Six à huit personnes cagoulées

Une Canadienne, témoin de la scène, était venue dîner avec une amie dans cet établissement du Plateau Mont-Royal, quartier choyé par les expatriés français, quand elle a vu débarquer «six à huit personnes cagoulées». «On pensait que c'était des anarchistes qui se rendaient à une manifestation», explique-t-elle précisant les avoir tout d'abord aperçus marchant dans la rue avant de réaliser qu'ils rentraient dans ce restaurant.

Ils chantaient : "Bonne fête Emmanuel !"

«Ils chantaient : "Bonne fête, Emmanuel !"», rapporte-t-elle. Puis les individus se sont dirigés vers la salle occupée par cette section de LREM. «Ça a brassé, on a entendu des verres cassés, on a vu quelqu'un à terre se faire agresser. Et quand [les manifestants] sont repartis, ils ont aspergé des clients de poivre de Cayenne», se souvient ce témoin qui a demandé à garder l'anonymat.

Selon le parti présidentiel, les manifestants disaient défendre «les cheminots, les étudiants et les paysans en lutte» dans un contexte social tendu en France. Christophe Castaner, secrétaire d'Etat mais aussi délégué général général de LREM, a condamné ce qu'il a qualifié d'«agression intolérable». «J'apporte tout mon soutien à nos adhérents victimes de ces violences et au comité de Montréal choqué par ces actes», a-t-il déploré.

Après l'intervention des forces de l'ordre, le Service de police de la ville de Montréal (SPVM) a ouvert une enquête.

Lire aussi : Sois député et tais-toi : les députés LREM priés de voter la loi «asile et immigration»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.