La France frappe la Syrie, les Rafales passent à l'attaque dans la nuit du 13 au 14 avril (VIDEO)

La France frappe la Syrie, les Rafales passent à l'attaque dans la nuit du 13 au 14 avril (VIDEO)
Des avions Rafale sur la base aérienne de Saint-Dizier le 13 avril 2018, photo ©AFP

L'armée française a pris part aux frappes, présentées comme étant de «précision» contre la Syrie. Plusieurs missiles ont été tirés par la marine, tandis que des avions de combat Rafale et Mirage étaient mis en œuvre.

Dans la nuit du 13 au 14 avril, la France a lancé plusieurs missiles contre la Syrie. Washington, Paris et Londres ont conjointement attaqué plusieurs cibles. Les frappes ont été menées en représailles de l'attaque chimique présumée de Douma, une semaine plus tôt, que les Occidentaux attribuent à Damas.

«Un peu avant 3h du matin, une force maritime déployée en Méditerranée et un raid aérien parti de France en début de nuit ont tiré des missiles sur des objectifs stratégiques du programme chimique clandestin syrien. Un centre de recherche et des sites de production ont été visés», a déclaré le ministre des Armée, Florence Parly. Pour mener ces attaques, des avions de combat de type Mirage 2000 et Rafale ont été déployés par la France, ainsi que quatre frégates de guerre, selon une source au sein de la présidence française citée par l'agence Reuters.

Lire aussi : Jean-Yves Le Drian : une opération en Syrie «légitime», qui ne vise pas les alliés de Damas

Washington a approuvé des «frappes de précision» contre la Syrie, en coordination avec ses deux alliés. Peu après la déclaration de Donald Trump annonçant le bombardement, des explosions ont été rapportées à Damas. La défense antiaérienne syrienne a réagi aux tirs, abattant 71 missiles sur 103, d'après le ministère russe de la Défense.

Alexandre Keller

Lire aussi : Syrie : les cibles visées, les armes employées et le rôle joué par le renseignement et les médias

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter