«Une défaite claire» : Matteo Renzi confirme sa démission de la tête du Parti démocrate italien

«Une défaite claire» : Matteo Renzi confirme sa démission de la tête du Parti démocrate italien© Claudio Giovanni Source: AFP
L'ancien Premier ministre Matteo Renzi et leader du Parti démocrate quittant son bureau de vote le 4 mars 2018 à Florence, lors des élections législatives.

Suite aux résultats des élections législatives du 4 mars, Matteo Renzi, le leader du Parti démocrate italien désavoué par les urnes, a décidé de présenter sa démission. Il l'a annoncé au lendemain du scrutin lors d'une conférence de presse.

Matteo Renzi, le leader du Parti démocrate (PD) italien, a convoqué la presse le 5 mars à 18h pour annoncer sa démission. «[Le PD a subi] une défaite claire et évidente [et] il est évident dans ces conditions que j'abandonne la direction du parti», a-t-il déclaré, en précisant qu'il ne se représenterait pas lors du prochain congrès.

Au lendemain des élections législatives en Italie, le verdict des urnes a été sans appel pour le parti de centre-gauche dont l’ancien Premier ministre Matteo Renzi était jusqu'alors le secrétaire. Il n'a en effet récolté que 18,7% des voix.

L'agence de presse italienne Ansa avait révélé cette décision dans la matinée. Dans l'immédiat, le porte-parole de Matteo Renzi n'avait toutefois pas encore confirmé l'information, ayant tweeté que cela «ne leur semblait [pas] être le cas».

Le porte-parole a ensuite tweeté que Matteo Renzi s'exprimerait à 17h.

Les résultats partiels montrent la percée de la formation antisystème Mouvement 5 étoiles (M5S), qui devient le premier parti du pays avec un score de 31%. La coalition de droite représentée par Forza Italia et qui comprend Silvio Berlusconi, la Ligue de Matteo Salvini et le petit parti Fratelli d’Italia (Frères d’Italie), obtient, elle, 37% des voix.

Le Mouvement 5 étoiles revendique le droit de gouverner

Luigi Di Maio, chef politique du Mouvement 5 Etoiles, a pour sa part revendiqué le droit de former un gouvernement.

«Nous avons la responsabilité de donner un gouvernement à l'Italie [...] Nous sommes une force politique qui représente le pays tout entier, ce que je ne peux pas dire des autres formations, cela nous projette inévitablement vers le gouvernement du pays», a déclaré le jeune leader de 31 ans lors d'une conférence de presse à Rome.

De son côté, le dirigeant de la Ligue (parti dominant en nombre de voix la coalition de droite, qui a elle-même remporté les élections) a également estimé que sa formation avait le droit de gouverner.

Qualifiant l'euro d'erreur, le leader du parti anti-immigration s'est néanmoins voulu rassurant : «Les marchés n'ont rien à craindre.»

Lire aussi : Cinq étoiles, Ligue du Nord, Berlusconi : l'Italie, nouvelle bête noire de l'Union européenne ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»