«Défense sacrée» : le nouveau jeu vidéo du Hezbollah sur son combat contre Daesh en Syrie (IMAGES)

«Défense sacrée» : le nouveau jeu vidéo du Hezbollah sur son combat contre Daesh en Syrie (IMAGES)© JOSEPH EID Source: AFP
Photo de l'une des séquences du jeu vidéo intitulé «Défense sacrée»

Le Hezbollah a dévoilé le 28 février son jeu vidéo «Défense sacrée» qui retrace ses cinq années de combat sur le territoire syrien aux côtés de l'armée syrienne contre l'organisation terroriste de l'Etat islamique.

Un nouveau venu a fait son apparition dans la galaxie des jeux vidéos. Cette fois, ce n’est pas un fleuron de l’industrie vidéoludique mais le Hezbollah qui en est à l’origine.

L’organisation chiite, engagée militairement en Syrie aux côtés des autorités syriennes dans sa lutte contre l’Etat islamique (EI), en a dévoilé les premières images à Beyrouth, le 28 février. Le jeu, baptisé «Défense sacrée», reflète «l'expérience du Hezbollah en Syrie» a déclaré à l’AFP, Hassan Allam, l’un des concepteurs du jeu. «L'idée a émergé à partir d’événements réels sur le terrain, aussi bien en Syrie qu'à la frontière libano-syrienne, et au Liban», a-t-il précisé.

Le jeu débute par une attaque fomentée par l’EI contre le sanctuaire de Sayed Zeinab, un haut lieu de culte chiite situé en lisière de la capitale syrienne et qui abrite le mausolée de l’une des petites-filles du prophète Mahomet. Alors présent à proximité, Ahmed, le héros du jeu vidéo, a pour mission première de lutter avec ses frères d’arme contre l’organisation terroriste pour protéger le lieu sacré et la région de toute menace. Un portrait du chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, est notamment visible dès le début de la scène.

La sortie de ce jeu vidéo intervient alors que le Hezbollah continue d'appuyer l'armée syrienne dans sa lutte contre l'Etat islamique, notamment dans les zones frontalières du Liban. Si le Hezbollah est l'ennemi de l'EI, il l'est aussi de nombreux pays occidentaux et d'Israël. L'Etat hébreu a par ailleurs récemment effectué de nombreuses frappes contre ses militants sur le territoire syrien. 

Lire aussi : Israël soutiendrait au moins sept groupes rebelles contre Damas, pour sécuriser le Golan occupé

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.