Merkel admet l'existence de zones de non-droit en Allemagne : «Il faut appeler un chat un chat»

Merkel admet l'existence de zones de non-droit en Allemagne : «Il faut appeler un chat un chat»© Fabrizio Bensch Source: Reuters
Angela Merkel à un congrès de la CDU à Berlin, 26 février 2018, illustration

Alors qu'elle peine à rassembler la classe politique à la veille de son quatrième mandat, Angela Merkel admet qu'il existe des zones de non-droit en Allemagne et estime qu'«il faut faire quelque chose pour y remédier».

A l'occasion d'une interview accordée à la télévision allemande RTL, Angela Merkel a reconnu qu'il existait des «zones de non-droit» outre-Rhin, zones où ses compatriotes ne se sentent pas en sécurité. Elle a en outre admis que l'arrivée sur le territoire de «tant de réfugiés» avait «soulevé de nombreuses questions». Mais la chancelière semble résolue à trouver une solution : «Ces zones existent vraiment et il faut appeler un chat un chat, et il faut faire quelque chose pour y remédier», a-t-elle ainsi déclaré.

Angela Merkel, qui cherche actuellement à susciter un nouvel élan politique afin de consolider sa position à la chancellerie pour un quatrième mandat, a également assuré à RTL : «Il a toujours été clair pour moi que la sécurité intérieure était un devoir d'Etat. L'Etat a le monopole du pouvoir et doit tout mettre en œuvre pour que les gens aient accès à cette sécurité dans chacun de leurs mouvements, chacune de leurs rencontres au sein de l'espace public.»

Une enquête d'opinion a montré le 19 février que le parti anti-immigration AfD progressait toujours dans les intentions de vote en Allemagne. 

Selon un sondage publié par le quotidien allemand Bild le 19 février, le parti anti-immigration et souverainiste Alternative für Deutschland (AfD) a approché le statut de deuxième force politique du pays. Le parti conservateur (CDU-CSU) y était crédité de 32% des intentions de vote, tandis que le SPD tombait à 15,5% et que l'AfD obtenait 16% des voix. C'était la première fois qu'un sondage national le plaçait au-dessus du parti social-démocrate.

Lire aussi : Polémique en Allemagne : un réfugié syrien polygame et sans travail remercie «Maman Merkel»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Sondage

Selon vous, la mise en demeure de RT France par le CSA est...

Résultats du sondage

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter