Selon un sondage, le problème n°1 des Iraniens serait le chômage et non le «manque de libertés»

Selon un sondage, le problème n°1 des Iraniens serait le chômage et non le «manque de libertés» Source: Reuters
Photo des manifestations du 30 décembre 2017 contre les difficultés économiques et le gouvernement iranien, provenant des réseaux sociaux
Suivez RT France surTelegram

Donald Trump avait supposé, en décembre, que les manifestants iraniens espéraient un changement de régime. Or, selon un sondage, 40% des Iraniens feraient du chômage leur principale préoccupation, contre 0,3% pour le «manque de libertés civiles».

A la suite des manifestations de fin décembre en Iran contre les difficultés économiques et le gouvernement, lors desquelles 25 personnes ont été tuées selon les autorités, l'institut IranPoll basé au Canada et l’Université de Maryland se sont attelés à définir les préoccupations des Iraniens, en réalisant un sondage en janvier 2018. A la question : «A quel principal problème ou défi est confronté l’Iran actuellement ?», les Iraniens interrogés ont répondu à 40% le chômage... et à 0,3% le «manque de libertés civiles».

Ces résultats semblent contredire l'analyse avancée par l'administration américaine, celle-ci suggérant que les manifestants iraniens souhaitaient un changement de régime politique. Ainsi, fin décembre, Donald Trump, dénonçant le «régime brutal» iranien, avait estimé sur Twitter que «le bon peuple d'Iran [voulait] un changement et qu'à part le pouvoir militaire étendu des Etats-Unis, le peuple iranien [était] ce que ses dirigeants [craignaient] le plus».

Dans un autre tweet, le président américain avait déclaré : «De nombreuses informations [font état] de manifestations pacifiques de citoyens iraniens qui en ont assez de la corruption du régime et de sa dilapidation des richesses nationales pour financer le terrorisme à l'étranger. Le gouvernement iranien devrait respecter les droits de son peuple, y compris le droit de s'exprimer. Le monde regarde !».

Lire aussi : L'ECHIQUIER MONDIAL. Iran : d'où vient l'ennemi ?

Une situation économique en Iran jugée «plutôt mauvaise»

1 002 Iraniens ont été sollicités pour le sondage mené par téléphone par IranPoll et l’Université de Maryland. Il apparaît que les Iraniens semblent inquiets de la situation économique de leur pays, jugée «mauvaise» par 28,2% des sondés, et «plutôt mauvaise» par 40,7%. 41,4% des Iraniens interrogés estiment également que leur situation économique s’est détériorée tandis que 41,3% jugent qu’elle est restée similaire. Les personnes ayant répondu au sondage se préoccupent du prix de l’essence et de la nourriture et pensent que le gouvernement ne fait pas assez pour aider les pauvres et les agriculteurs. Ils attribuent la situation économique en berne à 32,1% aux sanctions et pressions internationales et à 63,3% à la corruption et la mauvaise conduite des affaires dans le pays.

Le président iranien Hassan Rohani, réélu pour un second mandat en mai 2017, a ramené l’inflation de presque 40% en 2013 à 8,57% en 2016. Mais le taux de chômage reste élevé et représente 11,40% en 2017, particulièrement chez les jeunes, puisque 16,70% des 15-24 ans sont sans emploi, selon les chiffres de l’Organisation internationale du travail (OIT). 

Lire aussi : La CIA nie être impliquée dans les manifestations en Iran

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix