L’armée d'Ankara bombarde la région syrienne à l’origine des tirs qui ont tué des policiers turcs

Des experts médicolégaux de la police examine les rues de Diyarbakir après l’attaque Source: Reuters
Des experts médicolégaux de la police examine les rues de Diyarbakir après l’attaque

Des chars turcs ont pilonné jeudi les positions des combattants de Daesh en Syrie après qu’un policier turc a été tué et un deuxième grièvement blessé par des coups de feu venus de la région bombardée, a indiqué la chaîne d'information NTV.

Deux policiers turcs ont été attaqués plus tôt dans la journée dans la ville à majorité kurde de Diyarbakir, frontalière avec la Syrie, a rapporté l’agence Reuters. L’origine des tirs reste pour l’instant indéterminée, mais d’après l’agence de presse progouvernementale Anadolu, ils sont venus du territoire syrien.

L’attaque intervient trois jours après l’attentat suicide perpétré par Daesh dans la ville turque de Suruç, qui a fait plus de 32 morts. Elle a visé un centre culturel situé au cœur de cette ville qui fait face à localité syrienne de Kobané, d'où les djihadistes du groupe Etat islamique ont été chassés fin juin par les forces kurdes à l'issue de violents combats.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales