Deux morts dans des frappes aériennes israéliennes sur Gaza, selon le Hamas

- Avec AFP

Deux morts dans des frappes aériennes israéliennes sur Gaza, selon le Hamas© JACK GUEZ Source: AFP
Un avion de guerre F-16 israélien (image d'illustration)

Selon des informations du Hamas citées par l'AFP, des frappes menées par Tsahal sur la bande de Gaza ont provoqué la mort de deux personnes. La situation dans la région est très tendue depuis la décision de Donald Trump sur le statut de Jérusalem.

Deux Palestiniens ont été tués le 9 décembre à l'aube, lors d'un raid aérien israélien contre une cible du Hamas dans le centre de la bande de Gaza, selon un responsable de sécurité du mouvement islamiste.

L'armée israélienne a de son côté déclaré avoir effectué plusieurs frappes dans la bande de Gaza en riposte aux roquettes tirées depuis l'enclave palestinienne la veille, lors d'une journée de protestations contre la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël. Ce 8 décembre, déjà, des frappes aériennes israéliennes sur des cibles du Hamas avaient fait 14 blessés, dont des femmes et des enfants, selon les services de secours du mouvement islamiste.

L'une des roquettes tirées depuis la bande de Gaza était parvenue à percer le fameux Dôme de fer israélien et à toucher la ville de Sdérot, selon Tsahal, sans pour autant faire de blessés.

En outre, deux Palestiniens ont été tués dans des heurts avec les forces israéliennes dans la bande de Gaza, le 8 décembre toujours. Des affrontements ont opposé à Jérusalem, en Cisjordanie et à Gaza, des manifestants palestiniens aux forces de l'ordre israéliennes.

La décision unilatérale de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, a provoqué un tollé au sein de la communauté internationale et isolé les Etats-Unis à l'ONU, qui s'est déclarée «particulièrement inquiète des risques d'une escalade violente».

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans plusieurs pays musulmans et arabes contre l'initiative de la Maison Blanche, applaudie par la classe politique israélienne.

Lire aussi : Jérusalem, capitale d'Israël : «scandaleux» ou «pas de quoi hurler» ? (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.