Le Premier ministre libanais Saad Hariri annonce que sa démission est en suspens

- Avec AFP

Saad Hariri est rentré le 21 novembre à Beyrouth, trois semaines après sa démission choc depuis l'Arabie saoudite, qui a été accusée de l'avoir retenu en otage.

Le Premier ministre libanais Saad Hariri a déclaré que sa démission, annoncée début novembre à Riyad, était en suspens à la demande du président Michel Aoun en attendant la tenue de davantage de consultations. «J'ai discuté de ma démission avec le président de la République qui m'a enjoint d'attendre avant de la présenter [...] pour permettre davantage de consultations. [...] J'ai accepté cette requête», a déclaré Saad Hariri le 22 novembre à la sortie d'un premier entretien avec le chef d'Etat libanais.

Lire aussi : L'ancien Premier ministre Saad Hariri de retour au Liban après sa démission surprise depuis Riyad

D'après le Premier ministre, les discussions devront porter sur «les motivations et le contexte politique» de cette démission qui avait pris le Liban et la communauté internationale par surprise, lorsque Saad Hariri l'a annoncée le 4 novembre depuis Riyad. Le chef du gouvernement, un protégé de l'Arabie saoudite, avait alors justifié sa démission en dénonçant la «mainmise» de l'Iran et du mouvement chiite Hezbollah sur les affaires du Liban et leur «ingérence» dans les conflits de la région. Il avait également affirmé craindre pour sa vie.

De retour à Beyrouth le soir du 21 novembre, après trois semaines d'absence, Saad Hariri a dit espérer que le gel de sa décision «permettrait d'entamer de manière sérieuse un dialogue responsable [...] qui réglerait les différends». «J'aspire aujourd'hui à un véritable partenariat avec toutes les forces politiques en vue de mettre les intérêts du Liban au-dessus de tout autre», a encore ajouté le Premier ministre.

«Nous sommes ouverts à tout dialogue, toute discussion dans le pays», avait affirmé le 20 novembre le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui a semblé adopter un ton conciliant.

Poids lourd de la politique libanaise, le Hezbollah est le seul mouvement à ne pas avoir déposé les armes après la guerre civile (1975-1990) et son arsenal divise les Libanais.  Son intervention dans la guerre en Syrie auprès des troupes du président Bachar el-Assad a provoqué l'ire de ses détracteurs ainsi que Riyad, qui soutenait les rebelles.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.