MH 17 : une nouvelle vidéo du site du crash soulève des questions

Abattu en plein vol le 17 juillet 2014, le vol civil MH17 s'est écrasé, tuant 298 personnes.© Maxim Zmeyev Source: Reuters
Abattu en plein vol le 17 juillet 2014, le vol civil MH17 s'est écrasé, tuant 298 personnes.

«Des cadavres partout» : un reporter allemand a publié une vidéo inédite, filmée par des résidents locaux, après le crash du MH17 dans l'Est de l'Ukraine.

C'est depuis une voiture, roulant lentement le long du site du crash, que la vidéo a été tournée. Sur les images, un nuage de fumée noire s'élève vers le ciel. D'après la conversation que l'on entend, la zone est couverte de cadavres. Ceux des passagers du MH17, le vol de Malaysia Airlines qui vient de s'écraser.

Choquée par l'ampleur du désastre, la femme qui filme la scène laisse échapper quelques sanglots. L'homme qui l'accompagne profère des jurons, alors qu'il commence à comprendre qu'il s'agit d'un avion civil.

Cette vidéo a été publié sur le site de streaming YouTube, depuis le compte du reporter indépendant Billy Six. Celui-ci affirme que les résidents locaux sont peu enclins à s'adresser à des journalistes occidentaux, considérant que la couverture de la tragédie du MH17 a été couverte de manière malhonnête. Il raconte qu'il lui a fallu des semaines pour acquérir la confiance des autochtones.

En savoir plus : MH-17 : un récit jamais conté

La diffusion de cette vidéo intervient quelques jours après celle d'une autre vidéo, rendu publique par le groupe média News Corps Australia. Cette vidéo montre des rebelles ukrainiens sur le site du crash, quelques minutes après la chute de l'avion. D'après la transcription de leur conversation, il pourrait y avoir eu un second avion – un avion de chasse de la marque russe Sukhoi – qui aurait abattu le long courrier civil de la Malaysia Airlines au dessus de la zone de conflit.

En savoir plus : MH17 un an après : les rebelles soutiennent la version du second avion

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales