MH17 un an après : les rebelles soutiennent la version du second avion

Mikhail Voskresenskiy Source: RIA NOVOSTI
Mikhail Voskresenskiy

Le Parquet général de la République autoproclamée de Donetsk a remis de précieux documents issus de sa propre enquête sur les circonstances du crash du Boeing de Malaysia Airlines le 17 juillet dernier.

Ces documents comprennent des photos, des conclusions d’un examen médico-légal et des relevés balistiques réalisés sur les lieux.

Des dépositions de témoins constituent également une part importante de ces documents.

En savoir plus: Crash du MH-17 : comment les médias ont diabolisé la Russie

Un témoin affirme, par exemple,  avoir entendu des sons ressemblants à des tirs juste avant la chute du Boeing. Un autre décrit le grondement du moteur d’un avion à réaction juste après le crash. Les documents mis à la disposition de l’agence révèlent qu’un grand nombre d’habitants ont été témoins de la tragédie. Mais la majorité est d’accord sur le fait qu’un autre avion se serait trouvé dans le ciel à ce moment.

Certains témoins ont mêmes été assez catégoriques dans leurs dépositions.  «... à ce moment, j’ai entendu deux rafales  ressemblant à des explosions. Après, il y a encore eu un claquement fort. J’ai regardé en haut et j’ai vu descendre un grand avion, sans aile, qui est tombé à côté du village de Grabovo, d’où une fumée épaisse noire a commencé à monter. 15-20 secondes se sont passées entre l’explosion dans le ciel et la chute du vol», dit ce témoin, cité par l’Agence des nouvelles de Donetsk.

En savoir plus: Poutine : les fuites des médias sur le crash du MH17 sont inadmissibles

Le Parquet général de la République autoproclamée de Donetsk  souligne que «l’enquête doit avoir pour objectif d’établir la vérité et non de satisfaire certains intérêts et certaines ambitions politiques» en ajoutant qu’il était prêt à  se joindre à la commission d’enquête internationale.

Le Ministère des situations d’urgence de la République autoproclamée de Donetsk  a apporté son soutien à l’enquête. Tout au long de l’année qui a suivi la catastrophe du 17 juillet 2014, lors de laquelle le Boeing 777 de la Malaysia Airlines avait été abattu pendant son vol Amsterdam-Kuala-Lumpur, le ministère a participé aux relevés sur les lieux de l’incident. Il a également apporté sa contribution aux experts internationaux et aux représentants de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), pour les recherches des restes des victimes et pour relever des témoignages de la catastrophe.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales