«Qu'est-ce que j'en ai à foutre?» : Maduro répond au Canada qui doute des élections au Venezuela

«Qu'est-ce que j'en ai à foutre?» : Maduro répond au Canada qui doute des élections au Venezuela© Federico Parra Source: Reuters
Le président vénézuélien Nicolas Maduro

Les autorités canadiennes ayant dénoncé des «irrégularités» dans le déroulement des élections régionales vénézuéliennes qui ont vu la victoire du parti chaviste le 15 octobre, Nicolas Maduro les a invitées... à aller «se faire foutre».

Le président du Venezuela Nicolas Maduro a exprimé le 17 octobre son indifférence aux doutes exprimés par la diplomatie canadienne quant à la validité de la victoire de son parti aux élections régionales en des termes pour le moins directs.

«Qu'est ce que j'en ai à foutre que le stupide gouvernement du Canada ne reconnaisse pas les élections ? Qu'est ce que j'en ai à faire de ce que dit le Canada ? Ce gouvernement insolent, ce stupide gouvernement du Canada», a déclaré le président vénézuélien lors d'une conférence de presse au palais présidentiel de Miraflores, à Caracas.

Nicolas Maduro a en outre prié le gouvernement du Canada, pays avec lequel le Venezuela possède des relations diplomatiques depuis 1948, de «s'en aller» s'il «ne s'intéress[ait] pas au Venezuela». «S'ils ne sont pas attachés au Venezuela, qu'ils aillent se faire foutre et laissent notre patrie tranquille. Maintenant ça suffit !», a-t-il ajouté.

Une victoire chaviste fortement contestée

Le même jour, le Canada avait mis en doute les résultats des élections, alléguant que le processus était caractérisé par des «irrégularités», en particulier le contrôle de la commission électorale, accusée par l'opposition de servir le gouvernement.

«Les élections de dimanche [15 octobre] ont été marquées par de nombreuses irrégularités qui soulèvent des préoccupations importantes et légitimes quant à la validité des résultats», a affirmé dans un communiqué officiel la ministre des Affaires étrangères du Canada, Chrystia Freeland. Les Etats-Unis avaient eux aussi dans la foulée «condamné» des élections «ni libres ni justes».

Le Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV), au pouvoir, s'est imposé dans 17 des 23 Etats du pays le 15 octobre dernier, selon le Conseil national électoral (CNE). Au niveau national, le chavisme a obtenu 54% des votes, contre 45% à ses adversaires, mais les résultats sont fortement contestés par l'opposition, ainsi que par de nombreux pays occidentaux.

Lire aussi : «Qui est le dictateur ?» : Nicolas Maduro torpille Mariano Rajoy pour la répression en Catalogne

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»