Victoire de la droite libérale et percée des populistes anti-immigration ? L'Autriche vote

- Avec AFP

Victoire de la droite libérale et percée des populistes anti-immigration ? L'Autriche vote© VLADIMIR SIMICEK / AFP
Un homme se rend au bureau de vote en Autriche

L'Autriche élit ses députés, alors que les sondages donnent le FPO eurosceptique et anti-immigration second, dans un pays qui a accueilli de nombreux migrants ces dernières années. La droite libérale, donnée gagnante, n'exclut pas une alliance.

Les premiers bureaux de vote ont le matin du 15 octobre pour les législatives en Autriche. Quelque 6,4 millions d'électeurs ont jusqu'à 17h (heure de Paris) au plus tard pour élire leurs députés selon un mode de scrutin proportionnel.

Les élections pourraient voir le retour des populistes anti-immigration et eurosceptiques du Parti de la liberté d'Autriche (FPO), au gouvernement.

Auteur: RT France

La droite libérale favorite, le FPO en embuscade

En Autriche, pays de 8,7 millions d'habitants, le parti eurosceptique est ancré sur la scène politique depuis plusieurs décennies et espérait même, il y a quelques mois, faire élire son chef, Heinz-Christian Strache, au poste de chancelier.

Mais la donne a changé lorsque Sebastian Kurz, actuel ministre des Affaires étrangères, a pris le contrôle, en mai, d'un parti chrétien-démocrate (OVP) à bout de souffle et a mis fin à dix années de grande coalition avec les sociaux-démocrates, provoquant des élections anticipées.

Ce jeune homme de 31 ans est depuis lors le favori des sondages, crédité d'une large avance avec 33% d'intentions de vote.

Fort d'une image d'homme moderne, d'un discours très ferme sur l'immigration et de promesses d'allègements fiscaux, Sebastian Kurz a su ranimer la flamme de l'électorat conservateur et en rajeunir la base.

Il devance dans les intentions de vote, de six à huit points, le chef du FPO Heinz-Christian Strache, 48 ans, et le chancelier social-démocrate Christian Kern, 51 ans. Ces deux derniers sont au coude à coude pour la seconde place.

Auteur: RT France

Percée eurosceptique et anti-immigration ?

Crédité d'environ 25% d'intentions de vote, le FPO pourrait renouer avec le score historique réalisé en 1999 par Jörg Haider, le prédécesseur et mentor de Heinz-Christian Strache. Le parti était alors entré au gouvernement au côté des conservateurs, entraînant des sanctions européennes, scénario aujourd'hui peu probable.

Si Sebastian Kurz n'a exclu aucun scénario a priori, une coalition avec le FPO est considérée comme l'hypothèse la plus probable.

Sociaux-démocrates et centre-droit en difficulté

Lors de la présidentielle de 2016, les sociaux-démocrates et le Parti populaire autrichien (OVP), de centre-droit, avaient été éliminés dès le premier tour, du jamais vu. Le candidat du FPO Norbert Hofer s'était incliné de peu au second tour face à l'écologiste libéral Alexander Van der Bellen.

Nommé à la chancellerie en mai 2016 à la suite de cette bérézina, Christian Kern, issu du monde de l'entreprise, a modernisé l'image des sociaux-démocrates. Il s'est efforcé ces dernières semaines de renouer avec les fondamentaux de son parti, notamment la protection sociale et la redistribution.

L'immigration en toile de fond

Comme le chef des sociaux-démocrates allemands Martin Schulz, Christian Kern a indiqué que le SPO siégerait dans l'opposition en cas de défaite. Mais il pourrait lui-même être contesté au sein du parti, dont une aile ne serait pas hostile à une coalition avec Sebastian Kurz, voire avec le FPO.

L'Autriche est l'un des pays d'Europe à avoir accueilli en deux ans le plus de migrants au regard de sa population (1,5%), alimentant les débats sur le coût des prestations et sur la capacité d'intégration des nouveaux venus.

Une alliance entre Sebastian Kurz et Heinz-Christian Strache pourrait infléchir la ligne du pays, jusqu'à présent favorable à l'Union européenne, le FPO prônant notamment un rapprochement avec le groupe de Visegrad, comprenant des pays comme la Pologne et la Hongrie qui multiplient les bras de fer avec Bruxelles, refusant notamment d'accueillir les quotas de migrants fixés par l'UE.

Lire aussi : L’Autriche veut prolonger ses contrôles aux frontières en dépit des demandes de Bruxelles

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.