Monnaie, prison... Les vestiges de la présence de Daesh dans un village libéré (VIDEO EXCLUSIVE)

Monnaie, prison... Les vestiges de la présence de Daesh dans un village libéré  (VIDEO EXCLUSIVE)
Des pièces de monnaie frappées par l'Etat islamique.

Alors que Daesh recule sous les coups de boutoir de l'armée syrienne, une équipe de RT a tourné dans le village d'Hatla, fraîchement libéré. On y découvre des vestiges de la vie sous le joug de l'Etat islamique, telles qu'une monnaie et un tribunal.

Embarqué au côté de l'armée syrienne, le correspondant de RT Murad Gazdiev a tourné des images exclusives, deux jours après la libération du village de Hatla, des griffes de l'Etat islamique. Le journaliste a pu témoigner des derniers échanges de tirs qui éclatent encore aux abords de la localité, avant la fuite définitive des combattants de Daesh.

Le petit village, maintenant en ruines, sous occupation de l'autoproclamé «Califat» pendant plusieurs années, s'était structuré selon ses principes. Les traces de Daesh sont partout. Murad Gazdiev suit les militaires alors qu'ils découvrent les vestiges de l'organisation djihadiste.

Hatla est le témoin rare de la création d'institutions et d'un système financier au service de l'organisation djihadiste, les combattants de Daesh nettoyant d'ordinaire tout avant leur départ. Entres autres images : celles, glaçantes, des liens qui servaient à menotter les prisonniers des djihadistes, ou celles d'une monnaie ayant eu cours sous le joug de Daesh.

«Nous ne serons pas en paix tant que tous les terroristes ne seront pas éliminés de Syrie», déclarent gravement les soldats durant leur opération de nettoyage. Selon les estimations du gouvernement russe, les militaires syriens, aidés par l'armée russe, ont déjà libéré plus de 90% du pays.

Lire aussi : Selon la Défense russe, 1 000 combattants de Daesh seraient arrivés en renfort d'Irak en Syrie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.