Medvedev se rend en Algérie puis au Maroc pour renforcer les liens de la Russie avec le Maghreb

Medvedev se rend en Algérie puis au Maroc pour renforcer les liens de la Russie avec le Maghreb© Tony Gentile Source: Reuters
Le Premier ministre russe Dimitri Medvedev

Dimitri Medvedev se rend en Algérie et au Maroc avec l'intention de développer des partenariats commerciaux avec les deux poids lourds du Maghreb. Le Premier ministre russe devrait également aborder l'épineuse question du Sahara occidental.

Le Premier ministre russe, Dimitri Medvedev, est en visite officielle en Algérie les 9 et 10 octobre. Il doit s'entretenir avec le Premier ministre Ahmed Ouyahia et le président Abdelaziz Bouteflika de la diversification des échanges entre les deux pays, dominés à l'heure actuelle par l'armement. «Alger est un partenaire très fiable et ouvert à la coopération dans beaucoup de domaines», a fait valoir Dimitri Medvedev dans une interview accordée à l’agence de presse algérienne APS à la veille de son déplacement.

La Russie envisage, selon lui, d’augmenter considérablement le volume de sa coopération avec l’Algérie, principalement dans les secteurs de l’industrie et de l’énergie. «De grandes entreprises russes [comme Power Machines ou Gazprom] travaillent avec succès en Algérie dans des secteurs aussi importants que l’électricité et la prospection géologique [...] Nous sommes bien sûr prêts à exporter des produits industriels finis, notamment des aéronefs civils, des automobiles, des équipements agricoles et ferroviaires, ou encore des machines-outils», a-t-il détaillé.

Dmistri Medvedev a en outre assuré, selon l'agence de presse APS, que Moscou était prêt à offrir ses technologies et ses solutions techniques à l’Algérie si elle «décidait de créer une industrie nucléaire nationale». Le Premier ministre a précisé qu'une base juridique pour la coopération dans ce secteur avait été établie. «Nous sommes également prêts à étudier des projets concernant la production d’électricité "propre" par des installations éoliennes ou solaires», a-t-il ajouté.

Volet diplomatique de la visite

Au-delà de la dimension économique, la visite du Premier ministre russe revêt une dimension diplomatique importante. Dimitri Medvedev a notamment souligné les positions «très proches» des deux pays sur certaines questions internationales, rappelant qu'ils considèrent l'un et l'autre que «les peuples de toutes les régions peuvent et doivent décider eux-mêmes de leur sort, résoudre eux-mêmes leurs problèmes intérieurs de manière pacifique, sans violence, par le dialogue et en s’appuyant sur le droit».

Une déclaration qu'on peut notamment lire à l'aune du conflit qui se poursuit au Sahara occidental, où Alger soutient le mouvement indépendantiste du Front Polisario qui réclame un référendum d'autodétermination, alors que Rabat lui propose une autonomie sous souveraineté marocaine.

Maroc : questions économiques et Sahara occidental

Dans la foulée, l'ex-président russe s'envolera pour le Maroc les 10 et 11 octobre, où il devrait notamment aborder l'épineuse question du Sahara occidental avec le chef du gouvernement marocain Saadeddine El Othmani et le roi Mohammed VI.

Les deux pays ont amorcé leur rapprochement lors de la visite en Russie de Mohammed VI en mars 2016 pour nouer des alliances économiques, alors que le royaume se mettait en quête de nouveaux soutiens sur la question du Sahara occidental. Selon l’ambassade de Russie à Rabat, Dimitri Medvedev sera accompagné par une délégation d’hommes d’affaires russes qui discuteront des échanges commerciaux avec leurs homologues marocains dans des secteurs aussi variés que l’industrie, l’agriculture, le tourisme et la culture.

Les relations entre la Russie et le Maroc sont vieilles de plus de deux siècles mais après l’effondrement de l’URSS en 1991 et la perte d’influence de Moscou sur la scène internationale, qui s'en est suivie, Rabat s’était rapproché des Etats-Unis au détriment de la Russie.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.