Facebook supprime des filtres permettant aux annonceurs de cibler les antisémites

- Avec AFP

Facebook supprime des filtres permettant aux annonceurs de cibler les antisémites© Dado Ruvic Source: Reuters
Des filtres en question sont générés automatiquement

Après avoir découvert que les annonceurs avaient la possibilité de cibler ceux qui «détestent les juifs» sur sa plateforme, Facebook a immédiatement réagi.

Facebook a annoncé qu'il supprimait les filtres qui permettent à des annonceurs ou à toute autre organisation d'adresser directement des publicités ou des messages à des personnes présentant des sympathies antisémites sur le réseau social.

«Nous avons supprimé les champs liés à cette question», a déclaré dans un courriel cité par l’AFP Rob Leathern, responsable de la gestion des produits chez Facebook. «Nous savons que nous avons encore beaucoup de travail à faire et nous sommes en train de construire de nouvelles protections dans nos produits et procédures de vérification pour éviter que des problèmes de ce type surviennent encore à l'avenir», a-t-il poursuivi. Facebook envisage par exemple de passer en revue les catégories pour les spots publicitaires avant qu'elles ne soient disponibles pour les annonceurs.

Cette décision intervient au lendemain de la publication d’un article sur le site d'investigation américain ProPublica, affirmant que certains filtres et catégories du reseau social offraient aux annonceurs l'opportunité de cibler directement des utilisateurs antisémites.

Sur la plateforme publicitaire automatisée de Facebook, on pouvait trouver des champs tels que «haine des juifs» (jew hater) ou des catégories regroupant des internautes ayant exprimé un intérêt pour des sujets comme «Comment brûler les juifs» (how to burn jews) ou «Comment les juifs ont ruiné le monde» (History of how jews ruined the world), a découvert ProPublica.

Alerté par des sources anonymes, ProPublica affirme s'être connecté à la plateforme publicitaire pour découvrir, par exemple, que «haine du juif» était une catégorie comprenant environ 2 274 personnes. Le site d'investigation a alors informé Facebook de ses découvertes.

Le groupe fondé et dirigé par Mark Zuckerberg explique que les catégories antisémites ont été créées par des algorithmes sur la base d'informations fournies par des utilisateurs sur leur compte et d'autres données. Elles sont générées en fonction des préférences des uns et des autres.

Lire aussi : La Cnil condamne Facebook à 150 000 euros d'amende et épingle les pratiques du géant américain

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.