Le magazine allemand Focus s’excuse après avoir traité Vladimir Poutine de «chien»

Le magazine allemand Focus s’excuse après avoir traité Vladimir Poutine de «chien»© Fabrizio Bensch Source: Reuters
Angela Merkel et Vladimir Poutine pendant une rencontre en 20007, avec Konni, le chien du président russe
Suivez RT France surTelegram

Un journaliste de l’hebdomadaire allemand a tenté un jeu de mot audacieux autour du nom du président russe… qui a suscité une réaction indignée de la part du Kremlin.

Le rédacteur en chef du magazine allemand Focus Robert Schneider a adressé en personne les excuses de la part de l’hebdomadaire à la Russie après une publication évoquant Vladimir Poutine de manière controversée. C’est ce qu’a annoncé sur son compte Facebook Denis Mikérine, le porte-parole de l’ambassade russe en Allemagne, le 14 septembre. Selon le diplomate, Robert Schneider «a admis que la formulation en question était extrêmement déplacée et a présenté ses excuses, y compris devant tous les lecteurs qui ont été à juste titre scandalisé par le passage dénigrant». Une conversation qualifiée par Denis Mikérine de «fondement pour la poursuite du dialogue».

De son côté, le magazine Focus a également diffusé un message de la part de Robert Schneider sur Facebook. «J’ai assuré [mon interlocuteur] que nous n'avions pas l’intention de dénigrer le président russe. Je suis désolé si cela a pu blesser certains», a-t-il déclaré.

La publication controversée est parue dans le numéro 37 de l’année 2017 de Focus. Dans un des articles consacré à la chancelière Angela Merkel et à Vladimir Poutine, on peut lire la phrase suivante : «Bien sûr, elle a peur du chien de Poutine, mais elle n’a certainement pas peur du chien Poutine» (Sie hat zwar Angst vor Putins Hund, aber keine Angst vor dem Hund Putin).

La porte-parole du magazine Alice Wagner a expliqué plus tard que l’auteur de l’article voulait tout simplement créer un «jeu de mots ironique». Elle a noté que le mot allemand «Hund» (chien) est équivalent à l’expression «harter Hund» («dur à cuire»). Mais le mal était déjà fait.

Le 12 septembre, l’ambassade russe en Allemagne a publié la phrase controversée sur Twitter et a réclamé les excuses au journal. Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a, lui, estimé qu’une telle publication dénigrait «la réputation du magazine lui-même».

En 2016, dans une interview à Bild, Vladimir Poutine avait raconté qu’en 2007, il recevait Angela Merkel à Sotchi, quand soudain son labrador Konni est entré dans la pièce. Le pauvre chien a effrayé la chancelière qui a peur des chiens, a raconté le chef d’Etat russe, assurant qu’il ne le savait pas au moment des faits. «Après, je lui ai tout expliqué et présenté mes excuses», a raconté le président.

Lire aussi : Le journaliste-star de Fox News qui avait insulté Poutine congédié sur fond de scandale sexuel

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»