Au moins 50 morts, dont des Iraniens, dans une double attaque en Irak

- Avec AFP

Au moins 50 morts, dont des Iraniens, dans une double attaque en Irak© Ahmed Saad / Reuters
Image d'illustration

Au moins 50 personnes, dont des Iraniens, ont été tuées dans une double attaque près de Nassiriya dans le sud de l'Irak, la plus meurtrière depuis la reprise de Mossoul à Daesh, selon un nouveau bilan. L'Etat islamique a revendiqué la tuerie.

Une double attaque a eu lieu le 14 septembre près de Nassiriya dans le sud de l'Irak.

Le bilan provisoire est d'au moins 50 morts et 87 blessésa fait savoir Abdel Hussein al-Jabri, adjoint au directeur général de la Santé pour la province de Zi Qar. «Le bilan pourrait encore augmenter car certains blessés sont dans un état critique», a-t-il ajouté.

 D'après Jassem al-Khalidi, directeur général de la Santé pour la province de Zi Qar, la première attaque a eu lieu près d'un restaurant.

La seconde attaque, à la voiture piégée, a elle visé un point de contrôle de la sécurité, selon Saad Maan, porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Des Iraniens font partie des victimes.

La double attaque, menée par des hommes déguisés en membres des unités paramilitaires du Hachd al-Chaabi selon des sources de sécurité, a été revendiquée par Daesh.

Cette route est régulièrement empruntée par des pèlerins et visiteurs venus de l'Iran voisin, en route vers les villes saintes irakiennes de Najaf et Kerbala, plus au nord.

La province de Zi Qar, comptant une large population chiite a été relativement épargnée par le terrorisme et peu d'attaques de cette envergure s'y étaient produites jusqu'à présent.

De même que les autres minorités ethniques et religieuses, les chiites ont régulièrement été la cible de groupes extrémistes sunnites en Irak, parmi lesquels Daesh et al-Qaïda.

Lire aussi : Au moins 30 morts dans un attentat revendiqué par Daesh sur un marché en Irak

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.