La Hongrie exige 400 millions d'euros de l'UE pour la construction de son mur anti-migrants

La Hongrie exige 400 millions d'euros de l'UE pour la construction de son mur anti-migrants© Laszlo Balogh Source: Reuters
Illustration : une femme fait la vaisselle au pied du mur séparant le territoire de la Hongrie à celui de la Serbie en septembre 2016
Suivez RT France surTelegram

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a envoyé une lettre au président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, lui demandant une aide financière pour compenser le coût de construction des clôtures érigées à ses frontières.

Le ministre hongrois de la Chancellerie, Janos Lazar, a confirmé le 1er septembre une information selon laquelle le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, avait réclamé à Bruxelles de lui verser une compensation financière de 400 millions d'euros pour la construction de murs anti-migrants aux frontières du pays, selon l'agence russe TASS.

Janos Lazar affirme que cette opération de construction et d'entretien des clôtures censées lutter contre l'immigration clandestine aux frontières de la Hongrie ne coûte pas moins de 800 millions d'euros. Budapest exige donc que Bruxelles paye la moitié de ce projet qui «profitera à l'ensemble de l'Union européenne et permettra d'éviter une catastrophe migratoire».

«Si nous parlons de solidarité européenne, il est nécessaire de rappeler les limites de la protection [des frontières de l'UE] et d'appliquer dans la pratique le principe de solidarité de l'UE à cet égard. Bruxelles devrait prendre part à nos dépenses», a déclaré Janos Lazar, cité par l'agence hongroise MTI.

Lire aussi : Bruxelles menace de sanctions les pays de l'UE n'accueillant pas de réfugiés

A l'apogée de la crise migratoire en 2015, la Hongrie était devenue l'un des premiers pays de l'Union européenne à refuser l'entrée sur son territoire aux migrants venus d'Afrique et du Moyen-Orient. Budapest avait même décrété l'état d'urgence et fait construire deux rangées de barrières aux frontières du pays.

En juin dernier, la Commission européenne avait annoncé qu'elle allait lancer des procédures légales contre la Hongrie, la Pologne et la République tchèque, en raison de leur refus catégorique d'accueillir des demandeurs d'asile arrivés en Italie et en Grèce, comme le prévoit le système de quotas fixé par Bruxelles.

Lire aussi : L'UE voudrait contraindre la Hongrie et la Pologne à accepter leurs quotas de migrants

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix