Les 3 millions d'euros débloqués par Bruxelles pour combattre l'euroscepticisme suffiront-ils ?

Les 3 millions d'euros débloqués par Bruxelles pour combattre l'euroscepticisme suffiront-ils ?© Eric Vidal Source: Reuters
Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker

La Commission européenne a débloqué 3 millions d'euros pour organiser des débats visant à expliquer «les réalisations et les avantages de l'UE» partout en Europe, mais aussi au Royaume-Uni. Une «propagande» dénoncée avec force Outre-manche.

La Commission européenne va consacrer en 2017 près de trois millions d'euros à «combattre l'euroscepticisme». Dans un rapport qui date de décembre 2016, la Commission dit avoir donné son feu vert au financement de 84 projets qui se dérouleront en Europe et au Royaume-Uni. Leur but ? «Atteindre les citoyens qui rejettent, remettent en cause l'UE et ses réalisations ou y sont indifférents», selon les termes de l'exécutif européen.

«En tant qu'espace véritablement démocratique, l'UE devrait considérer cette réalité politique sans préjugés», ajoute la Commission. C'est donc par un débat «ouvert et sincère» que Bruxelles veut convaincre ceux qui ne sont pas enchantés par «le récit de l'intégration européenne» et sont déçus de ses résultats. 

Mais si débats il y a, leur issue ne doit en revanche  faire aucun doute : «Ces débats ou activités devraient permettre aux participants d'approfondir leurs connaissances des institutions et des politiques de l'UE et de mieux comprendre les réalisations et les avantages de l'UE.»

Avec en ligne de mire un point clé que Bruxelles veut expliquer aux citoyens : «comprendre les coûts générés par la non appartenance à l'UE.»

La Commission européenne, qui finance ces conférences, donne donc des directives claires sur les questions à aborder dans ces débats démocratiques. Elle souhaite par exemple que les citoyens puissent échanger librement pour évaluer «dans quelle mesure l'euroscepticisme est un produit de la désinformation ou un problème dû au fait que l'Union n'est pas parvenue à s'expliquer».

500 000 euros pour la «propagande» de Bruxelles en Grande-Bretagne

La question sera même débatue au Royaume-Uni, qui a pourtant acté son départ du bloc. Dix projets pour un total de plus de 500 000 euros s'y tiendront.

Au Pays de Galles, 150 000 euros sont par exemple consacrés à un projet qui annonce sans ambages que le Brexit a «compromis la structure fondamentale de l'UE» et que «l'euroscepticisme progresse à cause de la méconnaissance des programmes européens».

Les activités de ce projet sont prévues de manière à ce «qu'un grand nombre de citoyens qui représentent la base d'un réseau de coopération à long terme soient inclus».

Un autre projet – d'une valeur de 14 500 euros – qui se déroulera à Witham en Grande-Bretagne, a pour objectif de combattre «la montée de l'euroscepticisme», mais aussi «les résultats du référendum britannique sur une possible sortie de l'UE». Il aura également pour ambition de chercher des solutions pour que «la situation politique européenne actuelle soit préservée».

Interrogé par le Times le 14 août, Patrick O’Flynn, un cadre du parti eurosceptique UKIP, s'est insurgé contre ces iniatives : «Les contribuables ont déjà décidé qu'ils voulait quitter [l'UE]. Il est insultant que leur argent soit utilisé pour financer de l'endoctrinement.» Selon lui, cette «propagande» de l'UE ne vise qu'à cacher les problèmes du bloc, et en premier lieu «son déficit démocratique».

Une porte-parole de la Commission a pour sa part expliqué dans le journal britannique que ce financement avait été «discuté et décidé par un comité de représentants nommé par les Etats membres». Elle a ajouté que si la sémantique pouvait changer, le raisonnement restait le même : «approfondir la compréhension de l'UE.»

Lire aussi : Les anti-euro ont perdu de la voix, estime le chef de la BCE

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.