«Tends l'autre joue» : une école chrétienne américaine aurait refusé de signaler le viol d'un enfant

«Tends l'autre joue» : une école chrétienne américaine aurait refusé de signaler le viol d'un enfant© JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Image d'illustration

Après avoir subi un viol, un adolescent de 12 ans se serait vu rejeté par le personnel de son école chrétienne située dans le Tennessee, qui lui aurait tout simplement dit : «rien n'arrive sans raison». La famille, consternée, a porté plainte.

La Brentwood Academy, une école privée chrétienne située dans le comté de Williamson dans le Tennessee est accusée d'avoir passée sous silence plusieurs agressions sexuelles répétées subies par un jeune élève de 12 ans à l'époque des faits, en minimisant délibérément les faits et refusant de signaler les viols. La mère de la victime a porté plainte contre l'établissement et un procès est désormais en cours.   

La mère du garçon a également porté plainte contre quatre élèves de 14 et 15 ans à l'époque des faits, qu'elle accuse d'avoir abusé sexuellement de son fils durant l'année scolaire 2014-2015. Selon le compte-rendu du procès, cité le 10 août par le quotidien britannique The Independent, les quatre étudiants auraient fait de la victime leur souffre-douleur durant toute l'année scolaire.

La mère de la victime assure que lorsqu'elle s'est adressée au directeur de l'école Curtis Masters, ce dernier lui aurait déclaré que son fils devait «tendre l'autre joue», ajoutant : «rien dans le royaume de Dieu n'arrive sans raison». Le directeur aurait ensuite laissé entendre qu'il ferait installer des caméras de surveillance dans les vestiaires et qu'en attendant, le jeune garçon pourrait se changer dans son bureau, toujours d'après le compte-rendu du procès. 

Pire encore, lorsque la mère de l'élève s'est adressée à un autre employé de l'école Chris Roberts, membre du «conseil chrétien» ce dernier lui aurait répondu : «Rapporter cet incident aux autorités n'est peut-être pas la meilleure chose à faire. Ce n'est pas ainsi que les institutions chrétiennes traitent ce genre de choses.»

La mère de la victime affirme que les étudiants plus âgés auraient forcé son fils à leur faire des fellations et l'auraient harcelé sexuellement dans le vestiaire de l'école, devant d'autres élèves.

Un des deux élèves mis en cause est également accusé d'avoir violé la victime de 12 ans et de s'en être ouvertement vanté devant ses camarades de l'équipe de basketball. Il leur aurait expliqué avoir introduit une bouteille de soda dans son anus. 

La famille de l'élève pourrait recevoir des dommages et intérêts à hauteur de 30 millions de dollars (25,5 millions d'euros).

Lire aussi : 30 employés de l’Education nationale radiés pour pédophilie en 2016

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.