Au Kenya, un propriétaire expulse deux homosexuels et leur dit «d'attendre Obama»

La question du droit des homosexuels agitent le Kenya avant la visite de Barack Obama. Source: Reuters
La question du droit des homosexuels agitent le Kenya avant la visite de Barack Obama.

A quelques jours de la visite du président américain qui veut aborder la question de l'homosexualité, toujours interdite au Kenya, un propriétaire a expulsé un couple d'hommes en leur lançant une blague de mauvais goût sur Obama.

«Attendez Obama!», voilà ce que se sont entendus dire deux hommes, Peter, 26 ans et John, 29 ans, qui ont été expulsés d'un appartement au Kenya pour être homosexuels. 

Le couple vivait à Kabete, dans la banlieue de la capitale du Kenya, Nairobi a été expulsé après que leurs voisins ont découvert leur homosexualité. Avant de reconnaître leur homosexualité, ils avaient tenté de faire croire au voisinage qu'ils vivaient ensemble pour faire des économies, a expliqué Denis Nzioka, un activiste de la cause homosexuelle au Gay News Star.

Le président Obama est attendu au Kenya à la fin du mois de juillet. Source: Reuters
Le président Obama est attendu au Kenya à la fin du mois de juillet.

Si le président américain a été cité par le propriétaire de l'appartement de ces deux hommes c'est que sa prochaine visite au Kenya fait controverse. En effet, il aurait prévu de parler des droits des homosexuels au Kenya. Une initiative qui est redoutée par certains Kenyans.

Il y a quelques jours d'ailleurs, des manifestants anti-homosexualité ont défilé dans les rues de la capitale kényane Nairobi pour appeler le président américain Barack Obama à s'abstenir de plaider pour le droit à la différence lors de sa visite dans le pays fin juillet.

L'homophobie progresse dans de nombreux pays d'Afrique, où l'homosexualité est souvent proscrite. Au Kenya, elle est interdite depuis la colonisation britannique, mais très rarement sanctionnée.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales