Dumping migratoire : l'Autriche expédie «temporairement» 500 migrants vers la Slovaquie

Un gymnase transformé en centre d'hébergement pour migrants© Stefano Rellandini Source: Reuters
Un gymnase transformé en centre d'hébergement pour migrants

En raison des mauvaises conditions de vie dans les centres d'hébergement autrichiens, le pays prévoit d'envoyer 500 migrants vers la Slovaquie voisine. De nombreux opposants ont qualifié cette décision de «dégoûtante» et de «dumping de l'asile».

Le projet du ministère autrichien de l'Intérieur est d'envoyer environ 500 réfugiés en Slovaquie en raison des conditions de surpeuplement du centre d'hébergement de Traiskirchen. Ce dernier abrite actuellement environ 3 200 personnes. Il manque au centre environ 900 lits pour que les réfugiés puissent dormir dans des conditions décentes. Au départ, le centre de Traiskirchen n'avait été conçu pour n'accueillir pas plus de 480 personnes, selon le site d'actualité The Local-Austria

Le «déménagement» des réfugiés va ainsi débuter dès ce moi-ci et se prolongera jusqu'à Septembre. Ceux qui seront transférés devront être logés dans des dortoirs universitaires de la ville slovaque de Gabcikovo. Le plan prévoit de déplacer 50 personnes vers la Slovaquie en juillet. 200 autres suivront au mois d'aout et 250 en septembre. 

Cet accord entre les deux Еtas voisins est censé durer deux ans et devrait être signé dans les prochains jours. Cependant, le ministère a souligné que la relocalisation ne ferait que déplacer la responsabilité de fournir aux réfugiés les soins nécessaires. Durant leur séjour en Slovaquie, les demandes d'asiles des réfugiés seront censées continuer à être traitées par les autorités autrichiennes. Ces dernières «promettent» qu'une fois l'asile obtenu, les personnes concernées pourront regagner l'Autriche pour y vivre. 

Par ailleurs, l'Autriche et la Slovaquie se partageront les coûts de l'opération. La ministre autrichienne de l'Intérieur, Johanna Mikl-Leitner a estimé que cette solution était «susceptible d'être moins coûteuse». «Par cette initiative, la Slovaquie fait preuve de solidarité. C'est un petit pas, mais qui envoie un signal très positif», a-t-elle estimé. 

Le Ministre de l'Intérieur de la Slovaquie, Robert Kalinak, a déclaré que la Slovaquie était «heureuse d'aider son voisin», après que Vienne ait montré un soutien fort à Bratislava lors de sa candidature d'entrée dans l'espace Schengen 10 ans plus tôt. «Notre amitié est solide, pas seulement les jours de soleils, mais aussi les jours de pluie» a-t-il déclaré.

Parallèlement, ce projet a suscité l'«horreur» et le «dégoût» de Heinz Patzelt, le chef d'Amnesty International en Autriche, selon le quotidien autrichien Kurier. Le Parti Vert autrichien n'a, lui non plus, pas manqué de qualifier le projet des autorités de «dumping de l'asile» dans une «logique néolibérale» selon laquelle «on fait des économies sur tout, même les droits de l'Homme».

Selon les derniers chiffres de l'UE, le nombre de migrants en Europe a bondi de 68% au cours des cinq premiers mois de 2015. La grande majorité des réfugiés viennent d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Pendant ce temps, l'Union européenne a fixé une nouvelle date limite au 20 Juillet pour parvenir à un accord sur la répartition, au cours des deux prochaines années, d'environ 60 000 demandeurs d'asile se trouvant principalement en Europe du sud.

Cette situation pénible pour les migrants, qui se voient forcés de passer d'un endroit à l'autre, trouvant souvent porte close à cause des autorités locales qui ne souhaitent pas les accueillir ou, le cas échéant, leur fournir un hébergement durable a été qualifié par Human Rights Watch de «Ping-Pong humain». 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales