L'Ukraine fait le tri entre les bons et les mauvais journalistes

Des journalistes couvrent le conflit ukrainien© Shamil Zhumatov Source: Reuters
Des journalistes couvrent le conflit ukrainien

Un groupe de hackers ukrainiens vient de dévoiler une note confidentielle du ministère de l'Information dans laquelle on apprend que Kiev tente de repérer les journalistes qui lui seraient hostiles afin de les empêcher d'entrer dans le pays.

«La lecture minutieuse de ce document est frappante. C'est amusant, mais désormais la présence d'un ordinateur portable, de cartes mémoires, d'appareils photo ou d'autres gadgets informatiques dans ses bagages peut motiver un refus d'entrée en Ukraine. Et notez bien que cela ne concerne pas seulement les journalistes russes, mais les journalistes étrangers en général» peut-on lire sur les site de CyberBerkut.

Le groupe de hackers ukrainien met Kiev dans l'embarras© Capture d'écran réalisée sur le site de CyberBerkut
Le groupe de hackers ukrainien met Kiev dans l'embarras

En rendant public une note interne et confidentielle du ministère de l'Information sur le répérage et le tri des journalistes étrangers, le groupe d'hacktivistes ukrainiens vient de placer les autorités de Kiev dans un certain embarras.

En effet, en plus d'interdire l'accès au pays à certains journalistes internationaux «impliquées dans des informations anti-ukrainiennes», on apprend le gouvernement se réserve également le droit d'exfiltrer les équipes de presse déjà présente sur son territoire !

CyberBerkup a par ailleurs publié une «liste noire» de medias carréments interdits de séjour dans les contrées ukrainiennes. 102 titres de presse sont ainsi concernés. Outre les medias russes, considérés comme suspects par les services secrets ukrainiens (SBU), d'autres grands titres internationaux sont désormais devenus persona non grata à Kiev: la BBC Russie ou Voice of America.

La liste noire des medias interdits de séjour en Ukraine© Capture d'écran réalisée sur le site de Cyberberkut
La liste noire des medias interdits de séjour en Ukraine

En février dernier, une centaine de medias russes, dont deux grandes agences de presse- MIA Rossiya segodnya et TASS- ainsi que toutes les chaînes de télévision fédérales russes avaient déjà été bannis d'Ukraine par le ministère de l'Information.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales