Réforme de la justice : la Hongrie se range du côté de la Pologne face à l'UE

Réforme de la justice :  la Hongrie se range du côté de la Pologne face à l'UE© Günter Flegar / Global Look Press
Parlement hongrois, Danube, Budapest

Le ministre hongrois des Affaires Etrangères a annoncé son soutien à la Pologne, dont le projet de réforme judiciaire est sous le feu des critiques de la Commission européenne, qui le juge inquiétant pour l'indépendance de la justice.

«Nous sommes aux côtés de la Pologne et nous demandons à la Commission européenne de ne pas outrepasser son autorité», a déclaré le ministre hongrois des Affaires Etrangères, Peter Szijjarto, dans un communiqué du 20 juillet cité par l'agence Reuters. La Pologne est pointée du doigt par l'institution européenne, en raison de la réforme judiciaire qu'elle entreprend.

La Commission avait menacé Varsovie de sanctions, faisant part de «grandes inquiétudes» vis-à-vis du projet de loi, voté pat la chambre haute du parlement polonais et qui doit encore être voté par le Sénat et signé par le président.   

Si elles sont approuvées, ces nouvelles mesures vont donner la prérogative, au parlement et au ministère de la Justice, de nommer les magistrats composant la Cour suprême polonaise – ce qui est perçu par Bruxelles comme une menace pour l'indépendance du pouvoir judiciaire. 

«Nous sommes très proches de déclencher l'Article 7», a prévenu le vice-président de la Commission européenne Frans Timmermans, faisant référence à un article qui permet à l'UE de priver un Etat membre de son droit de vote. 

Varsovie n'a pas tardé à riposter, promettant de défendre son projet législatif devant la Cour de Justice de l'Union européenne. Le ministère des Affaires étrangères affirme être prêt au dialogue tout en refusant ce qui est perçu comme un «ultimatum» de Bruxelles. 

Varsovie et Budapest ont récemment été impliqués dans une autre querelle les opposant à Bruxelles. L'UE a accusé la Pologne, la Hongrie ainsi que la République Tchèque de ne pas remplir leurs obligations vis-à-vis des quotas de migrants que chaque Etat européen doit accepter. Reprochant aux trois pays de ne pas avoir pris les «mesures nécessaires», la Commission a lancé une procédure d'infraction contre Varsovie, Budapest et Prague en juin.  

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.