Un adolescent palestinien abattu d'une balle dans le dos alors qu'il tentait de fuir

Un adolescent palestinien jette des pierres en direction de l'armée israélienne à Ramallah© Ammar Awad Source: Reuters
Un adolescent palestinien jette des pierres en direction de l'armée israélienne à Ramallah

Un adolescent palestinien de 17 ans a été tué de plusieurs balles dans le dos, selon plusieurs rapports médicaux et de nombreux témoins, alors qu'il fuyait les représailles d'un groupe de soldats israéliens dont il avait caillassé le véhicule.

Mohammed Kasbeh, 17 ans, se trouvait parmi un groupe de jeunes qui lançaient des pierres sur les véhicules de l'armée israélienne près du checkpoint de Qalandia, vendredi dernier à Ramallah, lorsqu'un de leur projectile a atteint le pare-brise d'une Jeep de soldats de Tsahal dans laquelle se trouvait un militaire haut gradé, le colonel Yisrael Shomer.

L'homme est alors sorti du véhicule et, alors que l'adolescent s'enfuyait, lui a tiré plusieurs fois dans le dos, le touchant à la tête et à la mâchoire. Il s'est ensuite approché de son corps sans vie et lui a donné un coup de pieds, avant de remonter dans son véhicule et de repartir.  

Les versions divergent

Selon le communiqué l'armée israélienne, le colonel Shomer, se serait trouvé sous une pluie de pierres et, craignant un lynchage et un danger mortel pour ses soldats et lui-même, aurait agit en conséquences, mettant en œuvre la procédure standard pour la neutralisation des suspects. 

Plusieurs témoins palestiniens, cependant, évoquent des faits totalement différents, affirmant que la voiture israélienne se serait arrêtée sur le bas côté de la route, que deux, voire trois militaires en seraient sortis et auraient mis les adolescents en joue, les laissant courrir sur quelques mètres, avant que le colonel ne vise le jeune Mohamed et lui tire dessus à plusieurs reprises. Cette version des faits a finalement été confirmée par l'examen médical du corps.

Par ailleurs, les témoins affirment tous que le colonel israélien s'est approché du corps sans vie du jeune homme pour lui donner un coup de pied avant de remonter dans son véhicule. 

Un rapport médical obtenu par le journal britannique TheGuardian et rédigé par le médecin qui a examiné le corps de l'adolescent, montre que ce dernier a été abattu dans le dos, obliquement, en recevant une balle dans le haut du crâne arrière gauche. Une seconde balle a pénétré dans sa bouche se logeant dans sa mâchoire. Parmi les soldats israéliens impliqués et présents dans le véhicule, aucun n'a subi de blessures.

Soutien inconditionnel du gouvernement israélien au soldat impliqué

Le meurtre du jeune-homme a reçu une très large couverture dans les médias israéliens, tant en raison de l'ancienneté de l'agent mis en cause que du soutien qu'a immédiatement reçu ce dernier de la part des membres du gouvernement. 

Le ministre de l'éducation isrélien, Naftali Benett, a ainsi posté sur sa page FaceBook un commentaire de soutien au colonel israélien : «Je soutiens le commandant Binyamin qui a agi face à un terroriste pour défendre sa vie et celle de ses soldats. Voilà comment un commandant de l'armée israélienne doit agir. Le peuple d'Israël est derrière vous».

Le commentaire Facebook de Naftali Benett© Capture d'écran
Le commentaire Facebook de Naftali Benett

Selon une description de la fusillade mortelle par deux témoins palestiniens interrogés par TheGuardian, les soldats israéliens impliqués étaient en violation de leurs propres lois militaires : En effet, l'utilisation de balles réelles lors d'arrestations est interdite et en cas d'extrême urgence, seules la partie inférieure du corps peut être visée.

L'action du colonel Shomer a également été défendue par le ministre adjoint de la défense, Eli Ben Dahan. Les Forces de défense israéliennes ont refusé de répondre à des questions spécifiques relatives à l'incident. Ils ont simplement déclaré qu'une enquète était ouverte «comme pour tous les cas d'incidents ayant entraîné la mort dans les territoires cisjordaniens».

Ajoutons que deux frères de Mohamed Kasbeh, alors âgés de 15 et 11 ans, ont également été tués par l'armée israélienne au cours de la deuxième Intifada. Un troisième frère avait échappé de peu à la mort.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales