WikiLeaks propose qu'Assange dirige l'unité de sécurité informatique envisagée par Trump

WikiLeaks propose qu'Assange dirige l'unité de sécurité informatique envisagée par Trump© Peter Nicholls Source: Reuters
Julian Assange à la fenêtre de l'ambassade équatorienne à Londres, le 19 mai

L'idée d'une unité de sécurité informatique américano-russe pour prévenir tout piratage – notamment des élections – est vue d'un bon œil par WikiLeaks, qui estime que... Julian Assange a toutes les qualités requises pour la diriger.

Pour WikiLeaks, personne n'est mieux placé que son fondateur Julian Assange pour diriger l'unité de sécurité informatique dont Donald Trump et Vladimir Poutine ont discuté en marge du G20, comme l'a expliqué sur Twitter le président américain.

Et pour cause : le lanceur d'alerte peut se targuer d'avoir la confiance des citoyens et de tout connaître de la CIA. «Il a déjà les meilleurs trucs de la CIA de toute façon», a ainsi écrit WikiLeaks sur Twitter le 9 juillet.

La proposition, résolument provocatrice, n'a peut-être pas échappé au locataire de la Maison Blanche, qui a expliqué quelques heures plus tard qu'une telle unité pourrait bien ne jamais voir le jour : «Le fait que le président Poutine et moi ayons discuté d'une unité de sécurité informatique ne signifie pas que je pense que cela puisse être mis en place.»

Donald Trump avait auparavant expliqué sur Twitter qu'il avait évoqué avec Vladimir Poutine, lors de leur rencontre le 8 juillet à Hambourg le 8 juillet, la possibilité de créer une unité de sécurité informatique commune pour prévenir les actes de piratage, notamment lors des élections.  

Lire aussi : La cybersécurité au menu de sa rencontre avec Vladimir Poutine, selon Donald Trump

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.