Les Pays-Bas très peu emballés par une visite du vice-Premier ministre turc

Les Pays-Bas très peu emballés par une visite du vice-Premier ministre turc© Dylan Martinez Source: Reuters
Des manifestants turcs pro-Erdogan face à la police en mai dernier à Rotterdam (Pays-Bas)
Suivez RT France surTelegram

Le vice-Premier ministre turc, Tugrul Türkes, qui comptait se rendre aux Pays-Bas le 11 juillet pour assister à une commémoration du coup d'Etat manqué en Turquie en 2016, n'est pas le bienvenu, a déclaré le gouvernement néerlandais le 7 juillet.

«Etant donné les conditions actuelles des relations bilatérales entre nos deux pays, une visite du vice-Premier ministre ou d'un autre membre du gouvernement turc n'est pas souhaitable», a fait savoir le gouvernement néerlandais dans un communiqué. 

Un an après le coup d'Etat avorté qui a eu lieu en Turquie pour renverser le président Recep Tayyip Erdogan, une commémoration se tiendra aux Pays-Bas le 11 juillet, à Apeldoorn. La manifestation est organisée par l'Union européenne des démocrates turcs, affiliée au parti du président'Erdogan. 

Ce que le gouvernement néerlandais qualifie de «suite logique» des événements annonce pour certains un nouvel épisode de la crise diplomatique qui sévit entre les deux nations.

La situation s'était envenimée le 11 mars dernier, lorsque le ministre turque de la Famille, Fatma Betül Sayan Kaya, avait été expulsée de Rotterdam à destination de l'Allemagne, d'où elle était arrivée.

Des heurts avaient éclaté à Amsterdam, suite à l'expulsion de la ministre. La police avait été contrainte d'utiliser des chiens, des chevaux et des canons à eau afin de disperser la foule.

Les Pays-Bas, où la campagne électorale battait son plein, avaient également interdit à l'avion du ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, d'atterrir sur leur sol. Les ministres turcs avaient prévu de se rendre aux Pays-Bas en vue de défendre auprès des expatriés le «oui» au référendum sur le renforcement des pouvoirs présidentiels qui a eu lieu en avril.

Le 12 mars dernier, le président turc avait promis aux Pays-Bas de leur faire «payer le prix» de ces incidents.

Mark Rutte, Premier ministre néerlandais, a déclaré le 6 juillet au micro de la radio publique BNR qu'il était restait «incroyablement en colère» envers la Turquie à cause du «chaos» causé à Amsterdam.

Lire aussi : Erdogan aux Pays-Bas : «Vous allez payer le prix fort»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix