Un avion irakien bombarde accidentellement Bagdad, faisant 12 morts (VIDEO)

Des gens dans les ruines des maisons après le bombardement accidentel à Bagdad Source: Reuters
Des gens dans les ruines des maisons après le bombardement accidentel à Bagdad

Un avion de combat irakien a largué une bombe sur Bagdad par accident, tuant au moins 12 personnes lundi. L’avion rentrait à la base après avoir effectué des frappes sur des positions de l’Etat islamique, qui contrôle une grande partie de l’Irak.

«Une des bombes s’est coincée à cause d’un problème technique, avant de tomber sur trois maisons du quartier al-Jadida à Bagdad lors du retour de l’appareil à la base», a expliqué le porte-parole des services de sécurité, le général Saad Maan, cité par AFP.

12 personnes, dont trois enfants ont perdu la vie lors de ce bombardement accidentel, qui a aussi fait 25 blessés parmi les civils, rapporte AP.

L’Armée de l’air irakienne s’est étoffée d’avions de chasse Sukhoï Su-25 de Russie et d’Iran en 2014 afin de combattre le groupe terroriste Etat islamique, qui a pris le contrôle de vastes portions de territoire dans ce pays et en Syrie.

Les Su-25 sont connus pour être des appareils robustes, mais l’Armée irakienne possède des avions âgés qui ont déjà beaucoup d’heures de vol au compteur. L’arrivée des avions de Russie a néanmoins permis de changer l’équilibre militaire en faveur de l’Irak dans le combat contre l’Etat islamique, a indiqué le ministre de la Défense.

Su-25 irakien
Su-25 irakien

La production de cet avion d'attaque, destiné à apporter un soutien aérien aux troupes au sol a commencé en l’URSS en 1978.

Les autorités irakiennes attendant la livraison de 36 avions de combat F-16 que Washington a promis de vendre à Bagdad en 2012. La première livraison d’avions américaines n’a pas encore atteint l’Irak, des pilotes irakiens sont en train d’être formés en Arizona au maniement de l’appareil.

Le groupe terroriste Etat islamique a commencé son expansion l’été dernier. Il contrôle actuellement d’énormes étendues de territoire, dont Mossoul, la deuxième plus grande ville d'Irak, et la plupart de la province d'Al Anbar.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales