Un avion-espion US a effectué une manœuvre «provocante» à proximité d'un jet russe, selon Moscou

Un avion-espion US a effectué une manœuvre «provocante» à proximité d'un jet russe, selon Moscou
Avion de chasse Soukhoi SU-27, illustration/archive ©Regis Duvignau/Reuters

L'incident aérien s'est produit au-dessus de la mer Baltique, deux jours après que l'aviation américaine a abattu un avion militaire syrien près de Raqqa. Un appareil américain et un avion de chasse russe se seraient approchés à moins d'1,5 mètre.

Ce 19 juin 2017, un avion de reconnaissance de type RC-135 américain aurait frôlé un appareil de l'aviation russe au-dessus de la mer Baltique, a fait savoir le ministère de la Défense russe, un jour après l'incident. L'aéronef de l'armée américaine aurait effectué un brusque changement de direction. Moscou a par ailleurs fait savoir qu'un autre avion-espion du même type avait été intercepté dans la même zone, entre la péninsule scandinave et les Pays baltes. 

«Alors qu'il était escorté [par le chasseur russe], le RC-135 a tenté de se rapprocher de l'avion russe en faisant une manœuvre provocante», a déclaré le ministère de la Défense russe. Ce dernier a ajouté que les plans de vol des avions intercepteurs russes étaient strictement déterminés en accord avec les règles internationales.

De leur côté, les autorités américaines ont déclaré que c'était au contraire l'avion russe qui aurait eu un comportement dangereux. Selon les médias américains, dont Fox News, les deux avions se seraient frôlés à moins d'1,5 mètre. Selon un porte-parole du Pentagone cité par Reuters, l'avion de reconnaissance américain n'aurait rien fait pour provoquer l'incident. 

Les incidents impliquant l'aviation américaine se multiplient de façon inquiétante. Ce 20 juin 2017, en Syrie, la coalition occidentale, menée par les Etats-Unis, a déclaré avoir abattu un drone appartenant aux forces pro-gouvernementales. Le drone aurait «montré des intentions hostiles», selon l'état-major américain.

Le 18 juin, l'aviation américaine abattait un avion de combat syrien aux environs de la ville de Raqqa. Moscou avait alors suspendu son accord avec les Etats-Unis sur la prévention d'incidents aériens. «Qu’est-ce, si ce n’est pas un acte d’agression, un acte violant frontalement le droit international ? C’est de fait aider les terroristes contre lesquels les Etats-Unis disent lutter», avait alors déploré le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov.

Lire aussi : Syrie : Moscou déclare que tout objet volant dans son théâtre d'opération est une cible potentielle

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.