Le pilote syrien de l'avion abattu par les Etats-Unis est en captivité mais «en bonne santé»

Le pilote syrien de l'avion abattu par les Etats-Unis est en captivité mais «en bonne sant黩 Capture d'écran Twitter
Le pilote d'avion de l'armée arabe syrienne Ali Fahd

D'après Majd Fahd, cousin d'Ali Fahd, pilote de chasse syrien dont l'appareil a été abattu par un missile américain le 18 juin vers Raqqa, le soldat se porte bien et des négociations avec les Kurdes sont en cours pour obtenir sa libération.

«Le pilote de l'armée arabe syrienne Ali Fahd est avec les Forces démocratiques syriennes (SDF) à Taqba et en bonne santé. Le général Suheil Hassan surnommé le Tigre), négocie avec les Kurdes pour le retrouver», a révélé sur Twitter le cousin du pilote dont l'appareil a été abattu par la chasse américaine, Majd Fahd. 

D'après les dernières informations concernant l'opération américaine contre le SU-22 syrien, celui-ci a été engagé par un Super Hornet américain, qui a tiré deux missiles derniers cris de type AIM-9X Sidewinder ou de type AMRAAM. Le pilote, aux commandes de son avion datant des années 1970 a pu éviter le premier, tandis que l'autre a touché l'arrière de l'appareil, contraignant Ali Fahd à s'éjecter. 

«Je suis fier de tes compétences, mon cousin», a déclaré à ce propos Majd Fahd.

Les Etats-Unis mènent une «guerre par procuration» contre la Syrie

Se confiant à RT, Majd Fahd a affirmé que les Américains avaient gravement fauté en décidant d'attaquer l'avion. Selon lui, les Etats-Unis ne veulent pas s'engager dans une guerre «classique» avec l'armée syrienne et ses alliés, mais préfère mener une «guerre par procuration» par l'intermédiaire de groupes rebelles soutenus par Washington. 

L'armée syrienne avait annoncé le 18 juin que la coalition internationale avait abattu l'un de ses avions de combat alors qu'il menait une mission contre Daesh dans la province de Raqqa.


Soutenant militairement le gouvernement du président syrien Bachar el-Assad, Moscou a annoncé le 19 juin la suspension des canaux de communication avec les Etats-Unis sur la prévention des incidents aériens en Syrie, accusant Washington d'avoir, par cet «acte d'agression», enfreint le droit international.

Lire aussi : Syrie : Moscou déclare que tout objet volant dans son théâtre d'opération est une cible potentielle

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.