La CPI demande l'arrestation immédiate du fils de Kadhafi

- Avec AFP

La CPI demande l'arrestation immédiate du fils de Kadhafi © Chris Helgren Source: Reuters
Saïf al-Islam Kadhafi (2011)

Le procureure de la Cour pénale internationale a demandé mercredi 14 juin l'arrestation immédiate du fils de l'ex-dictateur libyen Mouammar Kadhafi, Saïf al-Islam, qu'un groupe armé libyen affirme avoir relâché le 9 juin dernier.

Le mandat d'arrêt délivré à son encontre en 2011 pour crimes contre l'humanité «est toujours en vigueur et la Libye est tenue de procéder immédiatement à l'arrestation de M. Kadhafi et de le remettre à la CPI, indépendamment de toute prétendue loi d'amnistie en Libye», a déclaré Fatou Bensouda par un communiqué, disant vérifier les informations concernant sa «prétendue libération».

D'après le parquet libyen, Saïif al-Islam est par ailleurs toujours recherché par les autorités judiciaires de Tripoli où il avait été condamné à mort en 2015 pour son rôle dans la répression du soulèvement contre son père.

Il n'avait pas assisté au procès – dénoncé comme expéditif par l'ONU et des ONG – puisqu'il était détenu par un groupe armé de Zenten, à 170 kilomètres au sud-ouest de Tripoli.

Or samedi 10 juin, ce groupe armé, la Brigade Abou Bakr al-Sadiq, a affirmé que Saïf al-Islam avait été libéré en application d'une loi d'amnistie promulguée par les autorités non reconnues basées dans l'est libyen et opposées au gouvernement d'union nationale (GNA) installé à Tripoli.

«Nous vérifions à l'heure actuelle ces informations et prenons les mesures qui s'imposent pour déterminer où se trouve M. Kadhafi», a précisé le procureur de la CPI.

Fatou Bensouda a invité les autorités libyennes, le Conseil de sécurité de l'ONU et les Etats concernés à transmettre tout renseignement pertinent dont ils disposeraient.

Dans son mandat d'arrêt lancé le 27 juin 2011, la CPI accuse Saïf al-Islam d'avoir joué un «rôle-clé dans la mise en oeuvre d'un plan» visant à réprimer le soulèvement populaire.

Le fils de Kadhafi a été arrêté en novembre 2011 par les milices formées d'anciens rebelles de Zenten.

Le procureur a également demandé «que soit immédiatement arrêté et remis à la Cour le suspect, M. Al-Touhami Khaled, également sous le coup d'un mandat d'arrêt» rendu public le 24 avril.

L'ex-chef de la sécurité de Mouammar Kadhafi est accusé de crimes de guerre et de crime contre l'humanité lors du soulèvement contre le régime en 2011.

En Libye, la situation est rendue confuse par la présence de milices rivales qui contrôlent chacune des portions de territoire depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»