Une organisation islamique australienne veut des «refuges» pour tenir des propos «incendiaires»

- Avec AFP

Une organisation islamique australienne veut des «refuges» pour tenir des propos «incendiaires» Source: Reuters
La proposition choc du conseil islamique de l'Etat de Victoria en Australie risque de faire beaucoup parler dans les jours à venir

Un conseil islamique australien a demandé la création de refuges où les jeunes musulmans pourraient exprimer sans crainte des points de vue «incendiaires», un appel dénoncé le 8 mai par les autorités comme perturbant et malvenu.

Dans une requête adressée à une commission d'enquête parlementaire sur la liberté de religion, le conseil islamique de l'Etat de Victoria a expliqué que ces espaces pourraient être financés sur des fonds publics destinés à des programmes antiterroristes et anti-extrémistes.

Cette demande est révélée alors que l'Australie sort à peine d'une prise d'otage considérée comme terroriste par les enquêteurs.

En termes «émotionnels»

Les fonds pourraient «créer des espaces sûrs dont les jeunes musulmans ont un besoin urgent afin de pouvoir se rencontrer et discuter d'une série de sujets en termes émotionnels», écrit le conseil islamique. Avant d’aller plus loin : «Un refuge où ils pourraient faire preuve de franchise et même utiliser des termes qui, dans l'espace public, seraient considérés comme incendiaires.»

Le Premier ministre de l'Etat de Victoria Daniel Andrews s'est dit «très perturbé» par cette idée.

«Il n'y a aucun moyen sûr de se lancer dans des tirades contre l'Occident», a-t-il dit à la presse. Avant d'ajouter : «Il n'y a aucun moyen sûr de lancer des tirades contre les valeurs qui nous sont chères.»

«Je suis très perturbé par la suggestion que nous pourrions avoir des espaces où les gens pourraient se montrer extrémiste dans le cadre d'un programme de déradicalisation. Cela n'a absolument aucun sens à mes yeux», a-t-il expliqué, excluant tout financement de ce type d'initiative.

Les jeunes musulmans se sentiraient ciblés par les autorités

Le conseil islamique a fait valoir que la montée de «la rhétorique d'extrême droite» avait débouché sur «un climat de surveillance de [nos] familles».

«Les jeunes musulmans en particulier sont surveillés partout, chaque jour, et ils commencent à intérioriser cette surveillance sept jours sur sept, il y a de plus en plus de problèmes graves de santé mentale chez de nombreux musulmans, ce qui augmente les tensions familiales», a affirmé l’organisation religieuse.

Pour le conseil, les mots sont «davantage perçus comme des crimes que ne le sont les actions», ce qui limite la liberté des jeunes «de s'exprimer», plus que chez les jeunes non-musulmans.

Le 5 juin  à Melbourne, un homme d'origine somalienne de 29 ans, Yacqub Khayre a été abattu par la police après avoir pris en otage une escort-girl. Il est aussi soupçonné d'avoir tué un Australien d'origine chinoise.

Il avait été inculpé et acquitté dans un projet avorté d'attaque terroriste contre une caserne de Sydney en 2009. Trois de ses co-accusés avaient été reconnus coupables de ce projet de représailles après des opérations militaires australiennes au Proche-Orient.

Lire aussi : Djihadisme : un premier Australien déchu de sa nationalité

Douze attentats ont été déjoués en Australie et 61 personnes inculpées depuis que le niveau d'alerte a été relevé, en septembre 2014.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.