Brésil : des manifestants attaquent des bâtiments gouvernementaux, l'armée déployée

- Avec AFP

Brésil : des manifestants attaquent des bâtiments gouvernementaux, l'armée déployée© Capture d'écran Twitter@CT_operative

Le gouvernement brésilien a déployé l'armée face à 35 000 manifestants venus réclamer la démission du président Michel Temer, sur fond de scandale de corruption. Des activistes s'en sont pris à des bâtiments publics.

Le gouvernement brésilien a ordonné le 24 mai l'envoi de troupes à Brasilia pour protéger les bâtiments publics, alors qu'une manifestation massive contre le président Michel Temer dégénérait dans la capitale.

«Actuellement il y a des troupes fédérales au palais d'Itamaraty [siège du ministère des Affaires étrangères, ndlr] et d'autres troupes arrivent pour assurer la protection des bâtiments ministériels», a annoncé le ministre de la Défense, Raul Jungmann, lors d'une déclaration à la presse, citée par l'AFP.

Les manifestants ont occupé l’esplanade des Ministères entourée de bureaux du gouvernement. Ils auraient déclenché un incendie dans une salle du ministère de l'Agriculture et brisé des fenêtres d’autres bâtiments publics. Les ministères visés ont été évacués.

Les protestataires ont aussi érigé des barricades dans les rues en utilisant tables, chaises et canapés des ministères et auraient mis à sac le ministère de la Planification. Selon le journal brésilien Globo, la Cathédrale métropolitaine de Brasilia et le musée de la République ont aussi été endommagés.

Les heurts ont éclaté au moment où la foule déferlait dans le centre de Brasilia, en direction du palais Planalto (le palais présidentiel) : la police a fait barrage en utilisant des grenades lacrymogènes, certains manifestants répliquant par des jets de pierres.

«Dehors Temer !», scandait le cortège de 35 000 personnes, d'après une évaluation des autorités locales, qui ont recensé 500 cars en provenance de tout le Brésil. «C'est la fin de ce gouvernement putschiste», affirme une manifestante, faisant allusion à la façon dont Michel Temer a accédé au pouvoir en 2016, en remplacement de la présidente de gauche Dilma Rousseff, destituée par le Parlement pour maquillage des comptes publics.

La police a arrêté quatre personnes, selon le quotidien brésilien Folha. Trois d’entre elles auraient été en possession de drogues et la dernière d'une arme blanche. Un manifestant aurait été blessé par balle, selon les organisateurs des manifestations, ce qui n'a pas été, pour l'heure, confirmé par les autorités.

La police brésilienne fait état de six officiers blessés dans ces affrontements. Selon des médecins, au moins 49 protestataires ont été blessés.

Ces manifestations ont été convoquées notamment par plusieurs syndicats et le Parti des travailleurs (PT) de Dilma Rousseff. Les manifestants dénoncent notamment la cure d'austérité appliquée par Michel Temer et l'amendement qu'il a fait voter pour geler les dépenses publiques pendant 20 ans. Mais les appels à sa démission se multiplient surtout depuis la semaine dernière, quand a été rendu public un enregistrement dans lequel il paraît donner son accord au versement de pots-de-vin.

Rejetant fermement cette version, Michel Temer est toutefois menacé par un possible éclatement de sa coalition. Une enquête a été ordonnée par la Cour suprême et plusieurs motions ont été déposées pour tenter d'obtenir sa destitution.

Lire aussi : De grandes manifestations à travers le Brésil mettent la pression sur Michel Temer (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.