La Suède interroge les demandeurs d'asile chrétiens sur la Bible et fait polémique

La Suède interroge les demandeurs d'asile chrétiens sur la Bible et fait polémique Source: Reuters
L'initiative de l'administration suédoise a été fortement critiquée

L’Agence suédoise de migration s’est retrouvée dans l’oeil du cyclone pour avoir demandé à des migrants chrétiens de répondre à des questions concernant la Bible. Plusieurs associations dénoncent une démarche «absurde et ridicule».

«Combien le Nouveau testament compte-t-il de parties ? Pouvez vous nous parler de la Sainte-Trinité ? Quelle est la différence entre l’Eglise protestante et l’Eglise orthodoxe ? Vous connaissez la Lettre aux Romains ?» Voici quelques-unes des questions que le personnel de l’Agence suédoise de migration a posé à des migrants chrétiens arrivés en Suède.

Alors que certains d’entre eux se sont convertis au christianisme dans leurs pays d’origine, d’autres souhaitaient abandonner l’islam, comme le rapportent les médias locaux.

Les victimes de persécutions religieuses sont en mesure de demander l’asile dans le pays scandinave.

Mais l’initiative de l’Agence suédoise de migration n’a pas plu à tout le monde. Serpil Güngör, un avocat qui représente plusieurs demandeurs d’asile, s’est confié à une chaîne de télévision suédoise et a jugé très sévèrement la démarche. «Je pense que c’est terrible. J’ai, à plusieurs reprises, empêché les agents de poser ces questions car elles ne sont pas pertinentes et bien trop compliquées», a-t-il expliqué.

Retour de la «doctrine» religieuse ?

Du côté de l’Eglise de Suède, l’heure était à l’hésitation au moment de soutenir cette initiative nommée officiellement «Les quiz de la chrétienté». «L’Agence suédoise de migration teste le savoir et non la foi», a fait remarquer un membre de l’autorité religieuse du pays qui a déjà travaillé avec les migrants.

L’Eglise suédoise a déjà commencé à travailler sur un document censé préparer les demandeurs d’asile aux questions de l’administration.

Hans-Erik Nordin, évêque du diocèse de Strängnäs, dans le sud-ouest du pays, s’est interrogé sur la connaissance de la religion chrétienne des membres de l’Agence suédoise de migration. «Quelles connaissances ont-ils à propos de la religion et de la foi ?», a-t-il demandé dans les colonnes du quotidien suédois Dagen.

L’Agence se défend. «C’est raisonnable de demander qu’un demandeur d’asile montre quelques connaissances de la Bible. Cela devrait venir naturellement, ce n’est pas quelque chose que vous avez besoin d’étudier», a affirmé Carl Bexelius, membre de l'institution.

Sur Twitter, l’affaire a beaucoup fait réagir. Notamment chez Refugees Welcome Sweden, un groupe qui milite pour une politique migratoire plus souple en Suède. Elle a assuré que l’administration réintroduisait la «doctrine» religieuse.

Depuis le début de l’année, environ 7 000 personnes ont demandé l’asile en Suède selon l’Agence.

Depuis 2014, ce ne sont pas moins de 260 000 requêtes qui sont arrivées sur les bureaux de l’administration du royaume scandinave.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»