Lors de sa campagne aérienne contre Daesh en 2014 et 2015, le Canada a raté 17 fois sa cible

Lors de sa campagne aérienne contre Daesh en 2014 et 2015, le Canada a raté 17 fois sa cible© Ints Kalnins Source: Reuters

Selon des données dévoilées par le ministère de la Défense canadien, 17 bombes à système de guidage larguées par l'aviation ont manqué leurs cibles en Irak et en Syrie. Aucune information n'a été fournie concernant le nombre d'éventuelles victimes.

Le ministère canadien de la Défense a récemment dévoilé des informations sur sa campagne aérienne menée en Irak et en Syrie contre les forces de Daesh. En 16 mois, l’Aviation royale canadienne (ARC) a raté 17 fois sa cible, sur les 606 bombes disposant de système de guidage qu'elle a larguées en 2014 et 2015, essentiellement en Irak.

L'aviation canadienne a toutefois affirmé n'avoir «aucune information» à fournir au sujet de ces frappes aériennes, y compris sur le nombre d'éventuels blessés ou tués.

La chaîne canadienne CBC News a mis la main sur les détails de l'un de ces bombardements ratés, datant de mi-novembre 2015. Alors que les autorités irakiennes combattaient Daesh dans le secteur de Kirkouk, au nord de l’Irak, un avion militaire canadien a lâché une bombe guidée afin de frapper des combattants djihadistes, mais il a raté sa cible. Selon le ministère de la Défense, la bombe aurait «dysfonctionné» et aurait atterri dans un champ avoisinant avant d’exploser.

Dans un mail adressé à CBC News, le major Isabelle Bresse, porte parole du commandement militaire canadien à l'étranger a souligné : «Aucun système d’armement n’est précis à 100 % [...] A quelques rares occasions, les armes peuvent être affectées par les conditions météorologiques ou connaître des dysfonctionnements», a-t-elle poursuivi.

Lire aussi : Le Canada va augmenter sa présence militaire en Irak pour faire face à l'Etat Islamique

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales