«Papa jette une bombe et va en prison» : un manuel d’alphabétisation fait polémique en Belgique

«Papa jette une bombe et va en prison» : un manuel d’alphabétisation fait polémique en Belgique© Capture d'écran Facebook - Catherine Lemaire
Un manuel d'alphabétisation fait polémique en Belgique

Une citoyennne belge accueillant chez elle un migrant irakien a partagé sur les réseaux sociaux des extraits d’un livre d’apprentissage du français, destiné aux adultes, qu'il utilisait. Certains passages du livre s'avèrent en effet surprenants...

«Papa jette une bombe et va en prison», «Il me montre sa bombe en prison» ou encore «J’avale une tartine en prison» : c’est le genre de phrases que l’on peut lire dans un manuel utilisé pour un cours d'alphabétisation du centre Erasme à Anderlecht, en banlieue bruxelloise.

Une citoyenne belge, accueillant chez elle un réfugié irakien qui apprenait le français dans le centre, a déclenché une polémique dans son pays en publiant sur Facebook une photographie des phrases, destinées à être «lues à hautes voix» par les élèves. «Voici quelques phrases édifiantes découvertes aujourd'hui [8 mai] dans le livre de lecture de notre protégé irakien, utilisé pour apprendre à lire aux réfugiés […] Est-on vraiment conscient qu'il s'agit de matériel didactique proposé par un pays d'accueil en vue de l'insertion ?», s’est-elle offusquée, bien que le centre Erasme ne prenne pas en charge que des étrangers.

La télévision belge RTBF, qui a pu consulter le manuel, a expliqué qu’il s’agissait du support d’un cours d'alphabétisation de «Niveau 2», pour adultes. Le livre ne renvoie à aucun éditeur.

Le directeur du centre concerné, Bernard Delécluse, s’est dit «surpris et choqué» et a ordonné de retirer les phrases polémiques dans une version révisée du manuel. Il a précisé que ce dernier avait été rédigé il y a trois ans et qu’il était impossible de vérifier le matériel pédagogique de tout le monde.

La ministre francophone de l’Enseignement de promotion sociale de la Fédération Wallonie-Bruxelles, la socialiste Isabelle Simonis, s’est elle aussi dite «choquée» des phrases choisies, surtout «dans le contexte actuel». Elle a réclamé une mission d’inspection.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales