Syrie : la coalition ne pourra pas opérer dans les «zones de désescalade»

- Avec AFP

Syrie : la coalition ne pourra pas opérer dans les «zones de désescalade» Source: Sputnik

Après la signature du mémorandum sur la création de zones de sécurité en Syrie, il a été annoncé que les avions de la coalition internationale menée par les Etats-Unis ne pourraient pas y opérer.

«Les opérations de l'aviation dans les zones de désescalade, en particulier celles des forces de la coalition internationale, ne sont absolument pas prévues. Qu'il y ait avertissement en avance ou non. Cette question est close», a déclaré l'envoyé spécial du président russe Vladimir Poutine pour la Syrie, Alexandre Lavrentiev.

«Les seules opérations menées par les avions de la coalition internationale pourront être celles visant des cibles de Daesh», a-t-il ajouté, cité par l'agence Ria Novosti.

La Russie, l'Iran et la Turquie ont adopté le 4 mai à Astana un plan russe pour la Syrie, visant à créer des zones sécurisées pour instaurer une trêve durable dans plusieurs régions. Les territoires concernés seront doublés de zones d'exclusion aérienne, «à condition qu'il n'y ait aucune activité militaire dans ces zones», selon le président russe Vladimir Poutine.

Les Etats-Unis ont salué cet accord, disant dans un communiqué «soutenir tout effort qui puisse véritablement réduire les violences en Syrie».

Lire aussi : Après l'avoir nié, le Pentagone aurait avoué avoir bombardé une mosquée en Syrie

La France a déclaré avoir pris note de l'accord sur les zones sécurisées, réclamant que ce plan fasse l'objet d'un suivi international.

«Paris attend que ces engagements se traduisent dans les faits et qu’ils permettent un accès humanitaire libre, continu et sans entraves sur tout le territoire, y compris dans les zones assiégées», a déclaré le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales