UN Watch s’indigne de l’élection de l’Arabie saoudite à la Commission de la condition de la femme

UN Watch s’indigne de l’élection de l’Arabie saoudite à la Commission de la condition de la femme© Faisal Al Nasser Source: Reuters
Des femmes saoudiennes

UN Watch, ONG spécialisée dans le suivi de l'activité de l'ONU selon les standards de l'organisation et la défense des droits de l'homme a condamné l’adhésion de Riyad à la Commission de la condition de la femme des Nations unies.

«Elire l’Arabie saoudite à la protection des droits des femmes est comme de nommer un pyromane chef des pompiers. C’est absurde», a déclaré le directeur général de UN Watch, Hillel Neuer. «Chaque femme saoudienne doit avoir un tuteur masculin qui prend toutes les décisions importantes en son nom, contrôlant la vie d’une femme depuis sa naissance jusqu’à sa mort. L’Arabie saoudite interdit également aux femmes de conduire», s’est insurgé le directeur de l'ONG basée à Genève et spécialisée dans le suivi des Nations unies et la défense des droits de l'homme.

Dans un vote secret, l’Arabie saoudite a été élue par le Conseil économique et social de l'ONU (ECOSOC) à la Commission de la condition de la femme des Nations unies (CSW) pour une durée de quatre ans, soit de 2018 jusqu’à 2022.

La réaction des utilisateurs de Twitter, notamment des femmes saoudiennes, ne s’est pas fait attendre. Ainsi, @khuludAu, qui affirme être saoudienne, a écrit que cette élection ressemblait à «une trahison».

Un autre utilisateur, @baqirsajjad, estime que l’ONU «n’aurait pas pu faire une plus grande injustice à la cause des femmes».

@LunaSafwan a pour sa part qualifié d’«insensée» l'élection de l’Arabie saoudite à une telle position.

La Commission de la condition de la femme des Nations unies a pour but de «promouvoir les droits des femmes». «Elle reflète la réalité vécue par les femmes dans le monde entier et contribue à l'établissement des normes mondiales relatives à l'égalité des sexes et à l'autonomisation des femmes», lit-on sur le site de la CSW.

L’Arabie saoudite avait déposé une demande d’adhésion à cette commission en septembre 2016. Riyad y affirmait que la protection des droits des femmes en Arabie saoudite se conformait «aux lois de la charia qui garantit l’égalité des sexes».

Lire aussi : ONU : la Russie perd sa place au Conseil des droits de l’Homme, l’Arabie saoudite réélue

En Arabie saoudite, toutes les femmes doivent obtenir une autorisation d’un homme, que ce soit leur mari, leur père, leur frère ou leur fils, pour voyager, se marier ou sortir de prison. On peut leur demander de montrer un papier grâce auquel leur tuteur leur permet de travailler ou d'accéder aux soins de santé. Les autorités ont promis d’abolir cette règle, mais rien n’a changé pour le moment.

         

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»