Juncker : «égoïsme et populisme ont pris le dessus» en Europe

Juncker : «égoïsme et populisme ont pris le dessus» en Europe
Jean-Claude Juncker, capture d'écran

Suite à l'annonce par le gouvernement grec de la tenue le 5 juillet prochain à Athènes d'un référendum sur les propositions des créanciers, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, s'est exprimé ce midi à Bruxelles.

«Nos désaccords ont été dramatisés. On entend parler d'ultimatum et de chantage. Mais qui agit ainsi ?  D'où viennent ces menaces, ces phrases non terminées ?Vendredi dernier, nous étions une nouvelle fois déterminés à conclure le meilleur accord possible mais cet élan a été brisé d'une manière unilatérale par l'annonce du référendum et surtout sur la volonté de faire campagne sur le "non"», a déclaré Jean-Claude Juncker lundi midi.

«Cela [cette attitude] n'aide aucun citoyen européen et surtout pas les Grecs, qui ont besoin de voir plus clair dans ce qui se joue actuellement», a déploré le Président de la Commission européenne. «J'ai tout fait [...] nous ne méritons pas toutes ces critiques qui nous tombent dessus» a poursuivi Jean-Claude Juncker. Ce dernier qui a rappelé au début de son discours son long parcours au sein des institutions européennes, a avoué également s'être «senti trahi», ses efforts - et ceux des autres - n'ayant pas été «pris en compte».

«En Europe, aucune démocratie ne vaut plus qu'une autre. Et dans la zone euro il y a 19 démocraties, et non pas 18 contre 1. Ce n'est pas un jeu de poker-menteur, il n'y en a pas un qui gagne et un autre qui perd, soit on est tous gagnants soit on est tous perdants», a expliqué le président de la Commission qui a être profondément affligé et attristé par l'image que l'Europe a donné au monde ces samedi dernier. «Des égoïsmes, des jeux tacticiens, parfois populistes ont pris le dessus», a déploré Jean-Claude Juncker.

S'adressant directement au peuple hellénique, ce dernier lui a demandé de voter «oui» et ce «indépendamment de la question posée» de  lors du référendum qui doit se tenir en Grèce le samedi 5 juillet.  «Un "non" serait désastreux car cela signifierait un "non" à l'Europe», a martelé le président de la Commission. «Il ne faut pas se suicider parce que l'on a peur de la mort», a ainsi conclu Jean-Claude Juncker.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»