Au Royaume-Uni, des députés veulent déchoir Asma el-Assad de sa citoyenneté britannique

Au Royaume-Uni, des députés veulent déchoir Asma el-Assad de sa citoyenneté britannique Source: Reuters
Asma el-Assad est née à Londres en 1975
Suivez RT France surTelegram

Estimant que la première dame syrienne, née à Londres, fait «partie intégrante d'une machine de propagande qui commet des crimes de guerre», des députés conservateurs et libéraux entament une procédure pour lui retirer son passeport britannique.

Plusieurs députés britanniques réfléchissent à déchoir Asma el-Assad, l'épouse du président syrien Bachar el-Assad, de sa citoyenneté britannique, selon le Sunday Times. Née à Londres en 1975, Asma Fawaz Akhras, de son nom de jeune fille, possède en effet la nationalité britannique en plus de la nationalité syrienne.

«L'heure est venue de s'en prendre à Assad de toutes les manières possibles, y compris à travers les gens qui, comme madame Assad, font partie intégrante d'une machine de propagande qui commet des crimes de guerre», a déclaré Nadhim Zahawi, député conservateur à la Chambre des Communes et membre de la commission des Affaires étrangères.

Ce projet serait également soutenu par les libéraux-démocrates. Le parti aurait d'ores et déjà rédigé une lettre à l'attention du Bureau de l'Intérieur. Les auteurs du document, dont plusieurs extraits sont cités par The Telegraph, estimeraient que «si Asma continue à défendre le régime d'Assad et ses actions meurtrières, le gouvernement britannique devra assumer la lourde tâche de la déchoir de sa citoyenneté».

Asma el-Assad, d'ordinaire très discrète, se retrouve au centre de l'attention médiatique et politique outre-Manche après avoir publié sur Facebook une photo de la base aérienne syrienne détruite par le raid américain au cours duquel 14 personnes dont 9 civils ont perdu la vie. «Ce qu'a fait l'Amérique est irresponsable», affirmait-elle, ajoutant que ce bombardement «reflète[rait] la vision à court terme, le manque de clairvoyance,  l'aveuglement politique et militaire à toute réalité et la poursuite naïve d'une campagne de propagande frénétique».

Tôt dans la matinée du 7 avril, 59 missiles Tomahawk ont été lancés sur la base d'Al-Chaayrate, depuis des destroyers de l'US Navy croisant en Méditerranée. Ces missiles ont touché l'infrastructure militaire, mais ont également fait neuf morts parmi les civils, selon le gouverneur de la province de Homs, où l’attaque a eu lieu. Washington a expliqué avoir procédé à ces frappes en représailles à l'attaque chimique présumée du 4 avril dans la province d’Idleb, dont la Maison Blanche tient le gouvernement syrien pour responsable sans pour autant fournir de preuve.

Lire aussi : La Syrie demande l'ouverture d'une enquête impartiale sur l'utilisation d'armes chimiques

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix