16 blessés lors d'une scène d'hystérie collective dans une gare de New York (VIDEO)

16 blessés lors d'une scène d'hystérie collective dans une gare de New York (VIDEO)© Capture d'écran Youtube @Geir Offenberg

L'interpellation d'un homme par la police à l'aide d'un taser a créé un mouvement de panique collective dans une gare de New York. Pensant qu'un tireur avait investi les lieux, les voyageurs se sont mis à courir dans tous les sens.

La gare de Penn station, à New York, a été le théâtre d'une impressionnante scène d'hystérie collective le 14 avril. Alors que des officiers de police ont utilisé leur taser pour maîtriser un individu, des témoins de l'interpellation ont pensé qu'il s'agissait d'une arme à feu. Certains ont crié : «Il a une arme !», répandant comme une traînée de poudre la rumeur d'un tireur dans la station, et faisant éclater un chaos total parmi les voyageurs. 

Un mouvement de foule s'est alors créé, la peur saisissant peu à peu toutes les personnes sur place. Dans un état manifeste de panique, les gens ont commencé à fuir en abandonnant leurs valises dans la cohue, ce qui a eu pour effet d'entraîner de plus en plus de monde dans un effet boule de neige.

Quelques minutes après l'incident, une fois le calme et la raison revenus, la station de train portait toujours les stigmates de la scène.

La police a fait état de 16 blessés légers lors d'une conférence de presse sur l'incident. Le chef de la police de Manhattan, Bill Morris, a expliqué avoir reçu «plusieurs douzaines» d'appels pour signaler que des coups de feu avaient eu lieu dans la gare.

Ces signalements étaient «sans fondement» a t-il ajouté, déclarant que les forces de l'ordre avaient pu déterminer «qu'il n'y avait pas réellement eu de coups de feu». Ce qu'ont confirmé un peu plus tard le maire de New York Bill de Blasio et les forces antiterroristes de New York.

La police a confirmé avoir utilisé un taser et placé en détention deux hommes pour avoir «désobéi aux ordres», dans l'enceinte de Penn Station.

«Nous procédions à une interpellation, quand nous avons constaté la panique qu'elle était en train de causer dans la gare», a raconté, incrédule, le responsable des forces de l'ordre.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.