Ce que l’on sait de l’attentat au camion à Stockholm, qui a fait quatre morts et 15 blessés

Ce que l’on sait de l’attentat au camion à Stockholm, qui a fait quatre morts et 15 blessés© Jonathan Nackstrand / AFP
Un policier vérifie son téléphone après l'attaque de Stockholm

Quatre personnes sont décédées dans une attaque au camion-bélier dans la capitale suédoise, le 7 avril en début d'après-midi. La police du pays scandinave a arrêté un homme ayant admis avoir été l'auteur de cet attentat.

Une attaque au camion-bélier a fait plusieurs morts et des blessés le 7 avril dans le centre de Stockholm. Résumé des faits.

Un véhicule fonce dans la foule

Vers 14h, un poids lourd fonce sur les piétons au croisement de Klarabergsgatan, une artère du centre-ville, et de la rue piétonne la plus fréquentée de la capitale suédoise, Drottningsgatan.

Il finit sa course en s'encastrant dans la façade du grand magasin Ahléns. Une épaisse fumée commence à s'en dégager.

«Ça a fait le même bruit qu'une bombe qui explose et de la fumée a commencé à s'échapper de l'entrée principale [du magasin Åhléns]», a déclaré au quotidien Aftonbladet un témoin de la scène, Leander Nordling, 66 ans.

Les lieux sont rapidement investis par la police, qui mettent en place un périmètre de sécurité, et des hélicoptères survolent le centre-ville. 

Quatre morts et 15 blessés

Dans la soirée, la police suédoise a déclaré que quatre personnes étaient décédées à l'issue de l'attaque au camion-bélier de Stockholm, selon l'agence TT News.

Les hôpitaux de la région ont par ailleurs fait savoir, vers 20h30, que 15 adultes et enfants blessés étaient hospitalisés. Neuf d'entre eux sont grièvement blessés.

© Aftonbladet.se / GlobalLookPress
La rue Drottningsgatan où l'attaque au camion-bélier a eu lieu

Les autorités parlent d’un «acte terroriste»

«La Suède a été attaquée», a déclaré le Premier ministre suédois Stefan Löfven, cité par les médias du pays. «Tout laisse penser à un attentat», a-t-il ajouté.

La porte-parole des services de sécurité a indiqué que ceux-ci étaient désormais à la recherche de «celui ou ceux qui sont derrière cet attentat».

Le camion «a été volé à l'occasion d'une livraison à un restaurant», a précisé à l'AFP une porte-parole de l'entreprise de transports Spendrups, Rose-Marie Hertzman.

Des médias suédois ont rapporté dans la matinée du 8 avril qu’un sac avec des explosifs a été trouvé dans ce camion et que des démineurs travaillaient sur place. Reste que le chef de la police suédoise a dit à la chaîne suédoise TV4 qu’il ne pouvait pas confirmer tout de suite ces informations.

La photo du suspect diffusée

La police suédoise a arrêté un homme dans le nord de Stockholm, qui a avoué avoir mené l'attaque au camion-bélier, selon des informations rapportées par le journal Aftonbladet, citant des sources confidentielles.

Dans l'après-midi, un haut responsable de police avait indiqué être à la recherche d’un homme dont l'image avait été diffusée. Auparavant, des photos non-authentifiées montrant l’arrestation présumée d’un homme à proximité des lieux de l’attaque avaient circulé sur les réseaux sociaux.

Ville morte

Après l'attaque, la circulation dans le métro a été entièrement arrêtée, de même que celle des bus et tramways dans le centre.

La police a appelé, via internet et des hauts-parleurs dans les rues, les habitants à rentrer chez eux dans le calme et à éviter les rassemblements.

L'attentat a eu lieu au niveau de la station T-Centralen, par laquelle passent toutes les lignes de Stockholm.

«Le trafic du métro est suspendu. Les trains de banlieue quittent la capitale et déposent les voyageurs pour revenir vides», a écrit la police de Stockholm sur Twitter.

Le centre-ville se vidait complètement, les Stockholmois rentrant chez eux à pied et les magasins baissant tous rideaux, a constaté une journaliste de l'AFP.

Lire aussi : Premières images de Stockholm, où un camion a foncé dans la foule

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.