L'attaque chimique présumée n'a pas fait dérailler la conférence de Bruxelles sur la Syrie

L'attaque chimique présumée n'a pas fait dérailler la conférence de Bruxelles sur la Syrie© Yves Herman Source: Reuters
Diplomates et ministres des Affaires étrangères posent pour une photo de groupe à la conférence des donateurs pour la Syrie à Bruxelles, le 5 avril

Les tentatives de membres de la conférence de Bruxelles sur la Syrie de détourner l'attention de l'objectif humanitaire initial afin d'accuser le gouvernement syrien de l'attaque chimique dans la province d'Idlib ont échoué, selon un diplomate russe.

«Concernant cette conférence, certains ont bien sûr essayé de la réorienter pour se focaliser sur l'incident [de la province d'Idlib]. Je dois dire qu'ils n'ont pas réussi», a déclaré, satisfait, Guennadi Gatilov, vice-ministre des Affaires étrangères russe en clôture de la conférence de donateurs pour la Syrie à Bruxelles. Cette rencontre de la communauté internationale, qui s'est tenue les 4 et 5 avril et qui était soutenue par l'ONU, avait pour but de récolter de l'aide humanitaire pour la population et les réfugiés syriens.

Malgré des désaccords, le diplomate s'est montré confiant quant à la manière d'aborder la résolution de la crise syrienne, notant que les participants étaient en grande majorité conscients que la solution au conflit ne pouvait être que politique.

Il a ajouté que «pratiquement tous» les pays présents avaient salué les négociations à Astana entre le gouvernement syrien et l'opposition, rendues possibles par la médiation de la Russie, de la Turquie et de l'Iran, les qualifiant de «très utiles» pour les pourparlers de Genève.

«Malheureusement, elles n'ont pas encore donné de résultats tangibles, mais ce n'est pas pour autant un échec. De toute évidence, ce sera un long processus, nous en sommes conscients depuis le début», a poursuivi Guennadi Gatilov. Les discussions patinent en effet, car l'opposition a pour priorité la transition du pouvoir, alors que les autorités syriennes souhaitent mettre l'accent sur la lutte contre le terrorisme.

Moscou espère que l'attaque chimique présumée ne fera pas dérailler ces pourparlers intra-syriens, ce qui jouerait en faveur des opposants au processus de paix, confie Guennadi Gatilov.

La communauté internationale accuse Damas d'avoir utilisé des armes chimiques pour frapper le village de Khan Cheikhoun dans la région d'Idlib, tuant 72 personnes selon le controversé Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Face à ces accusations, la Défense russe s’est dite prête à présenter des preuves irréfutables que l’aviation syrienne avait en réalité visé un entrepôt où les rebelles stockaient des matériaux chimiques.

Lire aussi : Après l'attaque chimique présumée en Syrie, la Russie va poursuivre son soutien militaire à Damas

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»