«Mon attitude vis-à-vis de Bachar el-Assad a changé», prévient Donald Trump

«Mon attitude vis-à-vis de Bachar el-Assad a changé», prévient Donald Trump Source: Reuters
Donald Trump en conférence de presse en compagnie du roi Abdallah II de Jordanie

Les Etats-Unis avaient récemment annoncé qu'ils ne considéraient plus le départ de Bachar el-Assad comme une priorité. Mais l'attaque chimique présumée du 4 avril, imputée à Damas par Washington semble avoir changé la position de Donald Trump.

Lors d'une conférence de presse conjointe avec le roi Abdallah II de Jordanie, le 5 avril à la Maison Blanche, Donald Trump a qualifié l'attaque chimique présumée survenue le 4 avril dans la région d'Idlib en Syrie d'«acte odieux» et d'«affront à l'humanité».

Condamnant «cette attaque chimique atroce contre des gens innocents, des femmes, des petits enfants et même de beaux petits bébés», Donald Trump n'a pas hésité à l'attribuer au «régime d'Assad». «Un grand nombre de lignes rouges ont été franchies», a-t-il estimé.

Il a par ailleurs déclaré que son «attitude vis-à-vis d'Assad [avait] changé» depuis l'attaque chimique survenue le 4 avril à Khan Cheikhoun. Le 30 mars dernier, l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, avait affirmé que Washington ne considérait plus le départ du président syrien Bachar al-Assad comme une priorité, rompant avec des exigences maintenues pendant près de cinq années sous l'administration Obama. 

Donald Trump a d'ailleurs répondu aux questions faisant suite aux déclarations de Nikki Haley ce 5 avril lors de la réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU, qui affirmait que faute de sanctions contre la Syrie, les Etats-Unis pourraient mener leur «propre action». «En matière militaire, je n'aime pas dire quand je passe à l'acte ni ce que je fais», a fait savoir Donald Trump. «Je n'ai pas dit que je ne ferai rien, d'une manière ou d'une autre, mais je ne le dirai certainement pas aux médias», a-t-il ajouté.

Alors qu'un grand nombre de pays occidentaux tiennent le régime syrien pour responsable de l'attaque chimique qui a coûté la vie à 70 personnes, Damas avance une autre version des faits, que soutient également la Russie. Selon celle-ci, l'aviation syrienne aurait pris pour cible un entrepôt tenu par les rebelles, qui s'est révélé contenir des armes chimiques.

Lire aussi : Syrie : les Etats-Unis menacent de mener leur «propre action» dans le cadre du blocage russo-chinois

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»