Tsipras : les créanciers grecs n’ont pas accepté le plan de réformes

Le Premier ministre grec Alexis TsiprasSource: RIA NOVOSTI
Le Premier ministre grec Alexis Tsipras

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras, cité par l’agence Bloomberg, a annoncé que les créanciers internationaux n’avaient pas accepté les propositions d’Athènes en prévision d'une nouvelle étape de négociations mercredi.

«Le refus de la prise de mesures adéquates à la situation par certaines institutions n’a jamais été enregistré auparavant, ni en Irlande, ni en Portugal», a écrit Tsipras mercredi sur son compte Twitter. Une telle position montre qu’ils ne veulent d'un accord et ne comptent pas servir les intérêts grecs, a-t-il estimé.

Suite à l’annonce de cette nouvelle par Bloomberg, les bourses européennes ont immédiatement chuté.

Sur fond de préoccupations sur un possible défaut de paiement de la Grèce et sa sortie de la zone euro, les ministres des Finances de 19 pays européens se réunissent aujourd'hui pour discuter les détails des nouvelles propositions de la Grèce. Le Premier ministre grec rencontrera également le président de la BCE Mario Draghi, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker pour essayer de conclure un accord avant le 30 juin, date butoire de paiement au FMI à la hauteur de 1,6 milliards d’euros.

Une rencontre plus large à laquelle participeront les 28 membres de l’UE est prévue jeudi.

Lundi dernier, Alexis Tsipras avait présenté un nouveau paquet de propositions portant essentiellement sur une hausse des impôts pour les sociétés et personnalités riches grecques, ce qui devrait aider le pays à faire face à ses échéances budgétaires.

A SUIVRE

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales