«#WeAreNotAfraid» : les internautes réagissent aux attaques de Londres

«#WeAreNotAfraid» : les internautes réagissent aux attaques de Londres

Les marques de soutien aux Londoniens fleurissent sur les réseaux sociaux, peu après les attaques de Westminster. Entre solidarité et prières pour les victimes, les internautes sont en outre décidés à ne pas céder à la peur.

Peu après l'attaque de Londres, dans laquelle quatre personnes sont décédées et presque 40 ont été blessées, d'innombrables internautes ont fait part de leur soutien aux habitants de la capital britannique sur les réseaux sociaux.

A commencer par la police nationale française, qui a rapidement montré sa solidarité avec son homologue britannique, dont un policier a été poignardé par l'assaillant.

Avec le hashtag #WeAreNotAfraid (nous n'avons pas peur) qui reprend le sigle du métro londonien, beaucoup d'internautes ont voulu montrer qu'ils ne se laisseraient pas intimider par ces attaques et qu'ils ne sombreraient pas dans la peur.

Un autre mot-clé largement utilisé est #PrayForLondon (priez pour Londres), qui s'est classé parmi les tendances mondiales, et à travers lequel les internautes ont fait passer des messages pleins d'empathie.

«Prendre une vie innocente, revient à tuer l'humanité toute entière», selon cette internaute.

En référence aux précédents attentats en France ou encore à Bruxelles, de nombreux messages sont aussi ornés du mot dièse #JeSuisLondres sur Twitter.

Le vice-président du Modem dans le Var, Christophe Masson, a jugé opportun de se tenir aux côtés des britanniques, «malgré le Brexit».

Mais pour certains, les messages diffusés sur les réseaux sociaux et les bonnes intentions qu'ils véhiculent ne sont pas suffisants pour lutter contre ce type d'attaques.

Lire aussi : Premières images de Westminster après les coups de feu entendus près du parlement britannique

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.