L'UE part en guerre contre le trafic de migrants

Capture d’écran du compte Twitter @MailOnline
Capture d’écran du compte Twitter @MailOnline

L’Union Européenne a lancé une première étape d'une opération navale de grande ampleur contre le trafic de migrants en Méditerranée. Des voix s'élèvent contre dont celle de la Libye.

La mission européenne navale intitulée «EUNAVFOR Med», largement évoquée ces derniers temps, s’est ouverte officiellement lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE à Luxembourg.  L'objectif principal de la réunsion est de faire face aux bateaux utilisés par des réseaux criminels pour envoyer des migrants vers l’Europe. «La coopération entre les ressources civiles et militaires va nous permettre de soutenir des pays tiers en ce qui concerne l’amélioration de la surveillance des frontières et le démantèlement des réseaux criminels», a rapporté le Commissaire européen aux affaires intérieurs Dimitris Avramopulos.

Le première étape de l’opération sous le commandement de l’amiral italien Enrico Credendino se limite  au déploiement de cinq navires de guerre, deux drones, trois avions et trois hélicoptères  en Méditerranée «pour collecter des informations et préparer les phases futures», a souligné le responsable européen. La deuxième étape, qui commencera, selon le journal Malta Today, le 1 juillet, comprendra l’inspection d’un bateau douteux, naviguant sans drapeau, ou d’un bateau dont l’inspection sera autorisée par un pays sous le drapeau duquel il naviguait.  Enfin, la dernière étape demandera des actions plus fortes dans les eaux territoriales libyennes.

En savoir plus: Migrants : Cazeneuve annonce la création de 10 500 places d'urgence

Cet ordre  est lié au fait que, pour l’instant, la Lybie n’a pas soutenu l’initiative de l’UE de lutter contre le trafic de personnes. Dans son interview à la BBC, le représentant permanent de la Lybie auprès de l’ONU, Ibrahim Dabbashi, a déclaré ne pas avoir été consulté sur les projets de l’UE d’utiliser la force militaire contre les réseaux criminels, ce à quoi il s'oppose par ailleurs.

Le chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini s’est adressée au Conseil de Sécurité de l’ONU pour obtenir la permission sur l’usage de la force dans les eaux territoriales libyennes – Cette permission ne lui a pas encore été accordée, la première étape étant pour le moment limitée à une surveillance loin des côtes.  «Je vous le dis clairement, les cibles ne sont pas les migrants, mais ceux qui gagnent de l’argent sur leurs vies et, trop souvent, sur leur mort», a souligné Federica Mogherini.

L’Union Européenne s'était décidée à résoudre du tout au tout le problème des migrants qui tentent de trouver refuge en Europe fuyant la guerre dans leurs pays, déjà début avril.  A l'époque, 800 migrants avaient trouvé la mort noyés près des côtes libyennes après que leur bâteau ait chaviré.

Selon les chiffres de l’enquête menée par le consortium des journalistes Migrants’ Files, plus de 100 000 réfugiés ont traversé la Méditerranée sur des bateaux pendant la période de janvier à mai 2015. Plus de 1 800 d’entre eux se sont noyés.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales